Faire des rencontres avant son voyage

Comme disait la célèbre comptine des discothèques de l’année passée : c’est les vacances. Enfin presque. En tout cas tout ça sent les vacances : plus les jours rallongent, plus les jupes raccourcissent ! Pendant que je préparais mes vacances, je suis retombé sur tous mes souvenirs ramenés de Saint-Jean Cap-Ferrat ou de La Baule Les Pins… Ah les belles photos et les beaux coquillages. Soudain –j’écris soudain, mais ne voyez pas la moindre trace de soudaineté dans ma découverte, il s’agit uniquement d’une figure de style destinée à détourner votre attention-. Soudain, donc, voilà pas que je tombe sur la photo d’une fille avec qui j’ai « failli » conclure. Je vois à vos mains qui ne bougent plus sur vos souris et claviers que ça vous est déjà arrivé, j’en suis ravi. O amis Jean-Claude Duss estivaux, unissons nous et combattons ce fléau du « failli conclure ». Parce que failli, c’est quoi ? Un jour, deux jours ? Imaginez ce que votre vie aurait pu être avec un ou deux jours de vacances de plus… Et puis rappellerez vous, la photo floue et dans le noir que vous aviez prise avec elle lors de la boom Monday Night Fever, que vous avez perdue… Allez, on arrête de déprimer, le Zorro des vacances est arrivé, et il s’appelle Marmara.

Marmara vient de lancer un site, une communauté qui permets aux vacanciers de leurs clubs de chatter, d’échanger voire de rencontrer les personnes avec qui ils passeront leurs vacances mais également de garder le contact après. MarmaraFit surfe sur le Web 2.0 et propose aux internautes de donner leurs gouts, présenter leur famille, dire d’où ils partent et hoplà, c’est parti, Super Marmara s’occupe de tout et vous trouve une âme sœur avant même la première soirée « Changement de tente ». Du coup, on arrive sur place, on connaît sa voisine, on gagne deux jours par MSN, et pendant l’élection de Miss Campagne, qui c’est le Jean-Claude Duss ? C’est celui qui a pas internet. Tant pis pour lui, l’année prochaine, il y pensera… Alors que vous, l’année prochaine, vous partirez avec la jolie blonde de la chambre 214 sur laquelle vous aviez des vues depuis le premier jour et avec laquelle vous avez gardé le contact sur le portail après le séjour, prétextant luis envoyer une photo d’elle et vous, prise… par hasard. Finalement, l’année prochaine, vous repartez avec la belle de la 214 et vous regardez avec elle sur Marmarafit tous les nouveaux amis que vous pourrez vous faire au club de vacances. Une belle façon de concevoir ses vacances… et de faire sa vie.

Article sponsorisé

Pédales douces

Madame Vacances a tout juste le temps de pointer le bout de son nez que déjà le monde entier à les yeux rivés sur l’Europe. Entre les dégénérés du ballon monochrome et les tri-pédaleux (si, si comptez bien), cette espèce de bandes de fous multicolores. Oui, car tout est là : les pédales. C’est a se demander si les hommes aux (en deux mots) vélos feraient sans elles. Car les pédales sont les plus importants éléments du système mécanique (et politique à Paris). Néanmoins, comme dans tout système mécanique, il faut un élément moteur : l’EPO (Energie Pleine d’Oligo-élements) qui est au vélo ce que le poppers est aux éléments sus-nommés.
« Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins
A bicyclette
Nous étions quelques bons copains
 »
Et bien il disait pas que des conneries Yves, c’est qu’il avait oublié d’être con celui là (aussi) ! Mais cette bande d’ahuris, tellement pressés qu’ils n’ont jamais eu l’idée de prendre un moyen de locomotion plus rapide que leurs cyniques vélocypèdes, ne pense qu’à une chose : obtenir le fameux maillot jaune, couleur de l’urine de ceux qui peuvent rester sur le route. Et cette célérité dans l’action, la réaction (mais pas la réflexion donc la célérité dépasse aisément celle de la lumière) qui rappelle étrangement celle qu’un footballeur en crise de dribble. Décidément c’est une épidémie.