Extrait de "Keen'V" par Seb La Frite

YouTubeur n’est pas un métier

Tout a (re)commencé un 19 octobre lors d’une obscure conférence au ministère du travail qui serait passée inaperçu sans ce livetweet.
Capture d’écran 2016-05-23 à 17.58.35
Le message est aussitôt travesti en « le ministère dit que les youtubeurs ne foutent rien, ils sont cons, ils comprennent rien ». Les principaux youtubeurs s’emballement, trouvent que le gouvernement est en dehors des réalités, et le débat se polarise en un pamphlet manichéen « jeunes youtubeurs vs vieux du gouvernement ». Pour autant l’interrogation de la sociologue Marie-Anne Dujarrier (qui n’est pas représentante du gouvernement) fait sens.

Qu’est qu’un youtubeur ?

Au sens communément admis et repris par les médias ou le public (youtubeur en France, youtuber dans les pays anglophones), un youtubeur est une personne physique qui poste des vidéos réputées originales sur son compte (renommé depuis chaine par Google). Il peut s’y mettre en scène (c’est le cas de la plupart des personnalités connues de YouTube, l’incarnation y faisant beaucoup), simplement apparaitre en voix off ou encore produire un contenu sans rapport avec lui même (série, reportage, filmer des autres etc.).

La définition exclut de fait les clips vidéos, les comptes qui publient aléatoirement des vidéos, les chaînes avec du contenus republiés. Pour autant il existe une part de flou sur une part (signification en nombre de contenus, mais pas en nombre de vues) des chaines qui publient : est-ce que mettre des vidéos d’évènements de sa vie plusieurs fois par an c’est être plus un youtubeur qu’une personne qui publie des vlogs quotidiens ? Et puis la question sans fin arrive : qu’est-ce qui est original et qu’est ce qui ne l’est pas ?
La notion qui semble néanmoins prédominer c’est la volonté de créer du contenu, et celle d’être adoubé par une communauté, peu importe son état. Finalement, est youtubeur celui qui publie sur YouTube pour l’être. Et, est considéré comme youtubeur, celui dont son auditoire lui dira qu’il le suit, où dont les pairs (youtubeurs également) confirmeront son statut.

Qu’est-ce que le travail ?

Bien que le mot travail soit sémiologiquement beaucoup plus encadré que celui de youtubeur (ne serait-ce que parce qu’il existe depuis des millénaires, que nombre d’ouvrages lui ont été consacrés, et qu’il a une définition reconnue par l’Académie Française), il existe plusieurs façon d’envisager le mot travail.

1- Au sens économique du terme, un travail est une activité (rémunérée sinon c’est de l’esclavagisme), déclarée ou non, qui produit de la richesse, via des biens ou des services. En produisant des vidéos, tous les youtubeurs ne sont pas rémunérés (il n’y a pas de raison à ce stade de différencier les vidéos de Norman, des vidéos d’un tout petit créateur amateur qui ne fait pas de vues).

2- Au sens social du terme, le travail (qu’on appelle plutôt emploi), est encadré par des lois propres à chaque pays, avec des conditions parfois propres à chaque occupation selon la hiérarchie des normes (un accord d’entreprise doit être conforme aux accords de branches, qui doivent être conformes au Code du Travail, qui doit être conforme à la Constitution, qui doit être conforme aux accords européens). Cet emploi peut être rémunéré de différentes façons :
– Un salaire (le plus commun) si l’employeur est une personne morale différente de l’employé.
– Un traitement si l’employeur est une personne publique.
– Des honoraires si l’employé exerce une profession libérale encadrée.
– Un cachet si l’employé exerce des professions artistiques dans une liste déterminée.
– Une pige si l’employé est journaliste.
– Un note de droits d’auteurs si l’employé est auteur.
– Des prélèvements sociaux sur les revenus si l’employé est indépendant mais n’entre pas dans les professions libérales encadrées, et qu’il est déclaré en tant que tel.
A ce stade il faut déjà bien séparer l’emploi du statut. Ainsi, un employé peut être journaliste sans avoir de carte de presse ou être artiste payé au cachet sans être intermittent.

Qu’est qu’un métier ?

Pour le Robert, un métier est un « travail dont on peut tirer des revenus pour gagner sa vie ». Pour le Larousse c’est une « profession caractérisée par une spécificité exigeant un apprentissage, de l’expérience ». Un métier est le nom donné à une tâche ou un ensemble de tâches ou de responsabilités à réaliser de manière régulière. Ils peuvent être anciens et avoir évolué avec le temps (forgeronnerie, agriculture), ou être apparus récemment (programmateur informatique, publicitaires).

En France, les métiers sont répertoriés par leur code APE, cinq caractères qui permettent à l’INSEE de catégoriser les entreprises au répertoire SIRENE (celui des entreprises). Le code APE permet également à Pole Emploi de cibler les recherches d’un demandeur afin de lui proposer des offres plus ciblées. Ces codes APE sont communs avec la NACE, son équivalent européen. Plusieurs milliers de métiers sont ainsi proposés et chaque années, de nouveaux sont ajoutés pour répondre aux innovations constantes de l’économie actuelle.

Un métier ne correspond ni à un statut ni à un travail. Un professeur peut être salarié du privé (salariat) ou fonctionnaire (traitement). Par ailleurs, un même emploi peut être couvert par plusieurs rémunérations. Traditionnellement, un réalisateur est rémunéré à 50% en droits d’auteurs et à 50% en cachet.

Youtubeur est il un métier ?

A ce jour, youtubeur n’est inscrit dans aucun répertoire et n’est reconnu par aucun organisme officiel comme étant un métier. Le travail est bien réel (la vidéo créée génère des pages vues, et ces visites sont directement ou indirectement monétisées via de la publicité ou de la récolte de données par Google) et personne ne le remet en question. De même, cette production de contenu nécessite un apprentissage (en pagaille : tournage, montage, diffusion, promotion…). Ainsi nous sommes exactement dans la définition du métier selon les dictionnaires.
Pour autant, ce que fait un youtubeur se décrit en 3 étapes distinctes. Elles se font successivement et dans l’ordre, sans que la précédente soit obligatoire : la conception, la production, et la diffusion.

La conception correspond à la préparation de la vidéo : trouver une idée, se demander comment la mettre en oeuvre, l’écrire, storyboarder… Cette étape peut ne pas exister dans le cas d’un Let’s Play non préparé par exemple, ou être réduite au minimum.
La production est la phase de tournage et de montage de la vidéo : prendre sa caméra, mettre en scène, jouer ou faire jouer, doubler, séquencer, découper, étalonner, monter, exporter… Là encore, cette étape peut être réduite au minimum si la vidéo est diffusée en live.
La diffusion est la phase pendant laquelle la vidéo est proposée au public : mise en ligne de la vidéo, utilisation des tags, choix du titre, relais sur les réseaux sociaux, achat d’espace…

Il apparait à ce stade très clairement que les apprentissages nécessaires à la réalisation de cette vidéo correspondent à des métiers très précis (scénariste, concepteur-rédacteur, producteur, monteur, acteur, étalonneur, social media manager, réalisateur). Quant à l’activité finale qui est de mettre à la portée du public une oeuvre audiovisuelle, elle déjà représentée de diverses façons par l’INSEE.
Capture d’écran 2016-05-23 à 19.05.00

Le statut des créateurs sur internet

Youtubeur est un terme restrictif qui ne fait sens que pour la plateforme qui exploite les vidéos des créateurs. Le manque d’alternative crédible (Dailymotion ayant perdu sa crédibilité pourtant forte il y a plusieurs années sur les contenus éditorialisés, Facebook arrivant seulement avec la monétisation des contenus et la gestion des droits) ainsi que le génie marketing et de communication de Google à aider ses créateurs à émerger en tant que personne et que média (le changement de compte en chaîne n’a pas été neutre) a fait que le terme youtubeur a pu émerger. Le manque d’encadrement du mot permet également au plus petit créateur de dire qu’il est youtubeur, et, de fait, l’égal de Cyprien ou PewDiePie, corollaire direct de ces réseaux sociaux qui en apparence donnent l’impression d’égalité et la facilité de contacts entre stars et anonymes.

A ce jour, les créateurs de contenus diffusés par YouTube sont des prestataires publicitiaires. Ils sont rémunérés sur la publicité vendue par AdSense ou par leur MCN autour de leurs vidéos. Le statut vis à vis des MCN n’est ni établi ni transparent. Les créateurs qui génèrent le plus de revenus ont le plus souvent créé une structure leur permettant de facturer (personne morale (SARL, SASU) ou personne physique (entreprise individuelle, auto entrepreneur)) légalement les montants générés. Ils sont alors prestataires via une entreprise ou indépendants. Pour l’écrasante majorité des créateurs, leur solde leur est versé sans le moindre encadrement légal sur un compte PayPal, sans que ces sommes ne soient jamais déclarées.

Extrait de "J'ai perdu des amis à cause de YouTube" de Wesley Krid

Extrait de « J’ai perdu des amis à cause de YouTube » de Wesley Krid

Parce que s’il est désormais établi que mettre des vidéos sur YouTube est à la fois un métier, un travail et potentiellement un emploi, les contraintes sociales liées à ces termes sont applicables, ce qui pose par exemple le problème du travail des mineurs (interdit avant 16 ans, sauf autorisation du préfet du département de l’employeur, et très encadré avec notamment séquestre des revenus et horaires réduits).
Par ailleurs, si les créateurs sont effectivement diffuseur de leurs oeuvres sur les plateformes (quelles qu’elles soient) et qu’en ça ils touchent des revenus publicitaires, ils sont également auteurs, réalisateurs et producteurs de leur contenus (où co-auteurs, co-réalisateurs et co-producteurs) et à ce titre devraient également toucher des droits voisins et droits d’auteurs (terme galvaudé par le Content ID/CMS de YouTube), la plupart des plateformes ayant des accords avec les sociétés d’auteurs (SACEM, SACD, SCAM). Rares sont aujourd’hui les créateurs sociétaires et les sociétés ne savent pas encore comment gérer ces créateurs.
Pour finir, le statut des plus grosses personnalités du web devraient également suivre les modèles déjà existants. C’est aujourd’hui un non sens de voir une opération publicitaire pour une marque facturée (avec ou sans SIRET d’ailleurs) par un créateur sur une structure sans qu’il ne soit légalement reconnu et donc payé en tant qu’auteur et réalisateur de son contenu.

youtube[1]

Et donc ?

Bien que le terme youtubeur ne soit pas en soit un métier, la création de vidéo en vue d’une exploitation sur une plateforme (commerciale ou non) en est un un, encadré par de conventions collectives, un code du travail et un certain nombre de statuts (droits d’auteurs, prestation, salariat et cachets notamment). On retrouve d’ailleurs ces statuts très encadrés dès lors que ces créateurs sortent d’internet (Norman en spectacle, Troye Sivan et son album chez EMI etc.) avec une logique d’encadrement (social et humain) qui se rapproche de ce qui est déjà établi.

Les créateurs ne doivent pas perdre de vue ce qu’ils sont au profit de la marque qui leur prend (et prend 50 à 60% de leurs revenus, avant même ceux de leur MCN) sous peine de devenir dépendant d’une appellation plus que d’un métier. La terminologie, aussi anecdotique paraisse elle, n’est pas neutre dans un contexte social « d’ubérisation » où l’on demande à des personnes en situation de travail de gérer leurs charges. Demander à un créateur de contenu d’émettre une facture (ou à un chauffeur Uber d’être auto entrepeneur) est à la fois une façon de simplifier la gestion des ressources (pas de charges à payer, moins de papiers à faire etc.) mais aussi une souplesse sociale (contrat souvent mal négocié facilement résiliable, aucune sécurité pour l’employé, pas de Comité d’Entreprise etc.) qui arrange tant les networks que YouTube (qui étrangement n’a pas de MCN), heureux de pouvoir se positionner en tant qu’hébergeur uniquement, statut qui n’est pas neutre dans les négociations européennes actuelles.

La mainstreamisation de l’activité de créateur de contenus sur internet ne pourra se passer d’un encadrement législatif a minima de ses pratiques. Le cas des placements de produits et de la publicité dissimulée (un grand network français fait actuellement l’objet d’une enquête diligentée par le parquet de paris pour ces faits) est un exemple flagrant : il s’agit de pratiques clairement encadrées par la LCEN totalement ignorée par nombre d’acteurs.
Un travail sur le statut des créateurs de contenus sur internet semble à ce jour indispensable, tant sur le réflexion autour du droit d’auteur, que sur l’encadrement du travail des mineurs (est-ce que les enfants de Studio Bubble Tea travaillent ?). Tout comme l’e-Sport a débuté la voix sur la création d’une fédération, la création sur internet se doit elle aussi de réfléchir à ce qu’elle va devenir, pour éviter qu’elle ne devienne prochainement la seule industrie culturelle financée uniquement par la publicité. Sa liberté en dépend.

YouTube Benjamin Lemaire

Pourquoi (et comment) avoir un manager sur YouTube ?

Un youtubeur avec qui je passais la soirée il y a quelques jours trouvait hyper cool mes activités du moment et le travail que je faisais avec lui et une marque musicale. En lui expliquant que SocialTube était avant tout une entreprise de management de talents, je me suis rendu compte que la différence majeure entre l’industrie du disque et celle de la création sur internet est que les périmètres de rôles, et l’accompagnement des artistes n’étaient pas du tout définis de la même façon. Voire pas du tout défini dans le cas du second.

En 2016, chaque musicien sait qu’il doit s’entourer. Un groupe, des musiciens en premier. Un manager pour l’accompagner et le conseiller. Un éditeur qui est souvent son premier partenaire professionnel. Un label. Un tourneur. Et parfois un avocat, un distributeur etc. L’arrivée d’internet a révolutionné plusieurs métiers. Celui de la distribution musicale par exemple, s’est largement recentré sur la distribution numérique et des entreprises comme Believe Digital sont devenues des incontournables en seulement quelques années. Les nouvelles activités créatrices professionnalisées que sont notamment les youtubeurs, sont apparues sans aucun cadre ni légal (il faudra un jour s’y intéresser), ni professionnel. Pour la plupart sortis directement de leurs chambres, les youtubeurs n’ont eu que pour seuls interlocuteurs jusqu’ici les MCN, sorte de régie publicitaire qui agrègent des chaînes en prenant un pourcentage contre une promesse d’augmentation de revenus publicitaires (rarement tenue).

Alors, à quoi sert un manager ?

Un manager est le contact privilégié de l’artiste qu’il accompagne. Il l’aide non seulement sur le développement de sa carrière (recherche de financement, accompagnement à la production, diversification des activités), mais le conseille aussi sur ses choix, aussi bien artistiques que juridiques. Son rôle, grâce à sa vision globale et ses expériences, est de guider l’artiste sur les choix qu’il doit faire pour sa carrière (faire un nouveau programme ou le remodeler, accepter ou refuser une proposition commerciale, gérer une participation télé, aider à la communication 360°) mais aussi l’aider à se structurer (créer la bonne forme d’entreprise, gérer ses impôts etc.).
Le manager sert uniquement les intérêts de la personne qu’il représente, à l’inverse d’une régie dont le métier est de vendre le plus possible, ou d’une agence de communication dont le métier sera de faire de l’audience. Ses compétences en négociations permettent généralement de faire aisément revaloriser un contrat. Et il est toujours plus simple de négocier pour un autre que pour soi.

Est-ce que je peux avoir un manager et un MCN ?

Oui. Un seul MCN français refuse de négocier avec les intermédiaires (agents, managers et autres producteurs), principalement pour imposer ses propres conditions, qui ne sont pas en faveur des talents. Tous les autres acceptent sans trop de problème puisque ça ne leur coûte rien à eux, et qu’avoir un talent accompagné est du travail en moins pour eux, et potentiellement une chaîne qui va plus se dévleopper et donc leur rapporter pus d’argent. Donc oui, on peut avoir et un manager et un MCN !

Combien coûte un manager ?

Excellente question que je me remercie de me poser. Dans le cinéma, un agent artistique prends 10% des contrats des artistes qu’il représente. Dans la musique, un manager prend 15% des revenus. Dans les deux cas, ce sont des pourcentages exclusifs, c’est à dire que le représentant prend un pourcentage quand bien même le contrat ne vient pas directement de lui (c’est un travail global commun qui fait que ça fonctionne et que des gens donnent du travail à l’artiste). La pratique veut qu’un talent ne reverse jamais rien directement à son manager. Comment ? Le manager négociant lui même le contrat, il inscrit au contrat sa rémunération et se fait directement payer par l’employeur. Ainsi, l’artiste ne paye jamais directement son manager, ce qui est beaucoup plus simple. Le métier de manager d’influenceurs du web n’est pas règlementé (pas encore) alors on peut imaginer des tas de formes différentes sur les contrats. Le pourcentage peut notamment dépendre du travail fait pour l’artiste et des rôles joués (par exemple, si le manager devient producteur du contenu en le finançant (ce qui est interdit dans le cinéma)).
Dans tous les cas, il ne faut JAMAIS payer un manager d’avance ni le payer pour des prestations non réalisées ou des promesses. Un représentant d’artistes ne peut gagner QUE sur l’argent que gagne réellement son artiste. Et quelque soit le contrat, un manager qui prendrait plus de 20 ou 25% des revenus globaux d’un artiste est un escroc.

Qu’est-ce qu’un contrat de management ?

Le contrat de management est établi entre l’artiste et l’entreprise du manager. Il doit forcément indiquer des mentions légales précises : nom et coordonnées du talents (ou de son représentant), nom de l’entreprise mandataire et de son représentant, adresse, RCS/SIRET/raison sociale, numéro de licence au besoin, les activités couvertes par le contrat (voire les noms exacts des comptes concernés), la rémunération/revshare, un mandat autorisant le manager à commercialiser les réseaux ou l’image du talent.
Le contrat peut être à durée déterminée (généralement de 1 à 3 ans) ou non (actif jusqu’à résiliation), exclusif ou non. Il peut être utile de se faire entourer (par un avocat ou un juriste) lors de la rédaction.
La signature de ce contrat est très important. Il existe de nombreux cas de contrat de management qui ont coûté très cher à être cleané (annulé) parce que l’artiste n’avait pas correctement lu toutes les clauses ou qu’il s’était engagé pour des années et des années dans des conditions qui ne lui étaient pas du tout avantageuses.

Comment je choisis mon manager ?

Il y a autant de profils que de manager. Le plus important est d’avoir quelqu’un avec qui le feeling est bon et en qui on a totalement confiance. Idéalement, il a un background dans la l’artistique ou la représentation artistique, de nonnes bases juridiques pour la négociation du contrat et surtout une excellente connaissance du milieu dans lequel on évolue.
Avant de chercher un manager, il faut se demander la même chose qu’en cherchant un MCN : qu’est ce que j’attends de lui ? Il faut se poser les bonnes questions pour exiger les bonnes réponses de la personne qu’on a rencontrer. Est-ce que je veux passer à la télé ? Avoir mon émission ? Sortir un livre ? Faire plus de vidéo ? Pouvoir tourner en studio ? Avoir plus de moyens ? Augmenter mon nombre d’abonnés ? Si oui, pourquoi faire ? Tourner des fictions sur YouTube ? Avoir des plus gros invités sur ma chaîne ?
Il est très important de savoir pourquoi l’on veut un manager. Et savoir si, effectivement, on en veut un, et le cas échéant, si celui à qui l’on parle répondra à nos attentes.

Benjamin Lemaire - Entrepreneur jour 1

Entrepreneur : jour 1

Résumé des épisodes précédents : Travailler pour les autresComment je n’ai jamais travaillé pour YouTube Label

Après des semaines et des mois de réflexion, poussé par quelques amis et collaborateurs proches, j’ai décidé de me lancer dans la difficile voie de l’entrepreneuriat. Chaque jour ressemble à une montagne russe entre joie des petites réussites et gouffres des déceptions. Parfois tout s’équilibre. Souvent l’équation tire vers le bas. Mais, bon, j’y suis.
Bref résumé des semaines passées…

Trouver quoi faire

Avoir avoir quitté YouTube Label (ou après que YTL m’aie quitté, au choix) je savais que je voulais rester dans ce business auquel je crois, proche des gens que j’ai appris à connaitre et dont certains me font confiance. Après avoir été contactés par des grandes entreprises pour discuter de ces sujets, j’ai eu plusieurs propositions, plus ou moins directes, avec toujours cette mauvaise expérience du printemps qui venait me répéter « attention, ne signe pas n’importe quoi ». J’ai tout refusé.
J’ai d’abord voulu créer un MCN. Un business model différent. Un truc vraiment fait pour les créateurs de contenus, mais toujours confronté à ces deux problèmes que j’avais déjà noté à l’époque de YTL : une concurrence violente (dont certains avec des méthodes d’enculé) et surtout la nécessité d’avoir une bonne régie commerciale pour vendre de l’espace (ce que seuls TF1, M6 et Canal+ ont, pour fait simple). Tout ce qui demande une structure complexe (bureaux, commerciaux seniors, fonds de roulement, trésorerie décalée etc.). J’ai imaginé un truc encore plus différent, oubliant que l’égo des créateurs étaient parfois plus fort que leurs volontés de réussir. Il fallait trouver autre chose.

Alors je me suis dis (parce que parfois je me parle à moi même) : qu’est ce que tu aimes dans ce bordel de business ? Réponse : les créateurs et la création. Alors du coup, qu’est ce que je pouvais bien faire dans ce bordel de business avec des créateurs qui créationent sans avoir à créer un MCN ? Qu’est ce que je sais faire qui pourraient plaire à des créateurs ? Bah oui, suis-je con. J’ai été agent artistique, j’ai encore ma licence, j’adore défendre les gens que j’aime et une de mes principales qualités est de dénicher les nouveaux talents : pourquoi pas agent de créateur, de youtubeur ? J’avais trouvé ma voie dans ce milieu encore trouble où les créateurs sont livrés à eux mêmes devant des MCN gérés par des gens qui connaissent parfaitement la propriété intellectuelle et la production audiovisuelle. Accompagner, protéger, développer. Tout en gardant près à disposition ma longue expérience auprès de marques autour de la communication, du digital et du brand content.

Malgré un marché qui arrive à maturation, le métier d’agent de youtubeur (ou de créateur web en général) n’existe que peu en France et certain MCN (un en fait) refuse même totalement l’entourage des créateurs, comme c’était le cas à VideoCity. Anyway, une place est à créer.

Expliquer ce qu’on va faire

Si j’ai découvert un truc d’entrepreneur, c’est que c’est hyper compliqué d’expliquer aux autres ce qu’on a dans la tête. Déjà y’en a toujours un pour trouver des défauts auquel j’avais pas pensé qui remettent tout en question (d’où les 412 allers retours avec le paragraphe précédent avant d’en arriver là). Ensuite parce que ce qui ME semble évident n’est pas évident aux yeux de gens qui sont loin du milieu dans lequel je suis. Et puis finalement, pareil pour ceux qui sont dedans. Entrepreneur c’est pas facile. Pionnier c’est un chemin de croix.

Alors j’ai d’abord raconté mon histoire à des potentiels clients/marques, qui pourraient être intéressés de travailler avec des créateurs web. Des entreprises de cinémas bien sur, avec qui j’ai longuement collaboré, et des gens de la musique, que je connais bien. Plus largement, des marques culturelles. Ce sont aussi les marques avec lesquelles les youtubeurs ont le moins peur de se maquer, parce qu’elles sont peu engageantes. Il est moins difficile de faire un tweet pour parler du prochain Star Wars que de signer une opé pour le prochain Activia.

Après des semaines de rendez-vous, de soirées blogueurs à expliquer ma démarche, tout semble s’empiler correctement. Les copains valident et les marques approuvent : le système semble bien tenir la route, et ne demande pas d’autre investissement que mon temps. Une fois que j’aurai déterminé ce qu’il faut que je gagne chaque mois, Pole Emploi aidant, je saurai si mon projet peut être viable rapidement.

Reste à tâter le terrain côté MCN. Je ne suis ni contre leur business, ni un concurrent. Simplement un intermédiaire entre eux et les talents, qui peut aussi, finalement, jouer un rôle de talent scout ou de recruteur. Un possible casse couille qui complexifie les négociations aussi. Les premiers contacts sont plutôt positifs.

Trouver avec qui le faire

Représenter des créateurs c’est hyper cool. Reste qu’il faut désormais les convaincre EUX. Aucune des talents signés chez YouTube Label n’a souhaité continuer l’aventure avec nous. Je dis nous parce que j’avais embarqué un ex-associé de YTL avec moi, qui finalement ne sera pas associé avec moi même s’il me conseille de près. La Paris Games Week et VideoCity sont l’occasion de recroiser beaucoup de têtes connues et de parler de mes activités actuelles. Au détour d’un espace VIP, un gamer me dit qu’il aimerait que nous collaborions ensemble. Mon premier. Large sourire !

Les semaines s’enchaînent et à chaque fois la même question : « Tu travailles avec qui pour le moment ? ». La réponse est un exercice pour lequel il faut être particulièrement souple. Répondre « personne » signifie que je n’ai convaincu personne (et pourtant il en faut bien un premier) et donner des noms alors que ce n’est pas officiel est compliqué (et pas très fair). Il faut slalomer entre les « j’attends des réponses » « je signe bientôt » et autres réponses vagues, avant de fixer la conversation sur ce qui est vraiment important : notre relation et ce que je vais apporter au talent.

Contrairement aux autres industries culturelles, celle des créateurs web n’a pas de standard d’entourage. Dans la musique il faut un manager, un label, un éditeur, un tourneur. Dans le cinéma, il faut un agent. Dans le jeu vidéo, il faut un éditeur et un studio. Sur YouTube, il faut un MCN. Personne ne sait vraiment pourquoi d’ailleurs. Mais la notion d’agent ou de manager est non seulement indéfinie mais surtout obscure pour la plupart des talents. Pourquoi devrais je avoir un mec qui s’occupe de moi alors que je me suis toujours occupé de moi tout seul ? Mon argumentaire est clair et, je pense, solide : négociation des contrats, networking, accompagnement financier/juridique/social, production, management au quotidien etc. Les réactions sont très diverses. Parfois épidermiques. On sent que beaucoup de mauvaises personnes sont passées avant. Reste à faire mes preuves.

Faire

Les clients ok l’air opé’. Les talents aussi. Mon business a l’air tenir la route. Reste une étape pas simple. Et je sais à quel point elle n’est pas simple parce que j’y suis déjà passé et que je propose aux talents de les aider sur ce point : créer une entreprise.

Ecrire les statuts, réunir des fonds, ouvrir un compte, trouver des bureaux, trouver un nom, faire un site, ouvrir des comptes sociaux etc. La liste est longue et fastidieuse. Rien n’est simplifié, à aucun moment. Tout y est payant, alors mieux vaut être sur de soi. Mais en ce mois de novembre 2015, j’ai décidé, je vais créer mon entreprise de management de talents de socialtubeurs (qui fera aussi du consulting en brand content), et elle s’appellera SocialTube. Je ne sais pas ce qui m’attend, sans doute beaucoup de problèmes et d’embûches. J’espère juste que les joies et les réussites seront encore plus grandes !