Beaffle #31 : Apple

Pas plus tard que l’année dernière j’ai… Bon vous allez me dire, on s’en fout de ta vie toussa, mais envie de vous raconter un truc un peu personnel. Je vous rappelle, au cas où vous auriez perdu la mémoire en même temps que votre virginité anale cet été que c’est toujours MA chronique et que j’y raconte toujours MA vie et MES histoires de moi.

montage pomme

Tout a commencé en 2007. Je l’ai rencontré sur internet. Je crois que j’étais un peu précurseur. Une histoire à l’américaine. Fine, intelligente, toujours l’oeil vif et l’oreille tendue. Le genre tendance tu vois. Exactement mon genre. On a appris on se connaître et on s’est mis ensemble au milieu de l’hiver. Au début tout était parfait.

Elle me suivait partout sans être trop présente et on avait trouvé le parfait équilibre qui n’est jamais simple dans une relation : savoir être là tout en étant discret. Elle répondait parfaitement à tous mes besoins. Je lui ai présenté mes potes, montré toutes mes photos, confié tous mes secrets, même les plus intimes. On est parti ensemble en vacances plein de fois. Je l’ai parfois un peu malmenée, comme quand je lui ai foutu la gueule à l’eau. Mais bon ça va, ça arrive. Pis après coup on a quand même bien rigolé.

Puis elle est devenue vachement trop présente. Omniprésente. J’ai même eu peur qu’elle lise mes e-mails ou mes SMS sans me demander, qu’elle scrute mes contacts où ce que je faisais avec mon téléphone.

Et puis à force j’me suis senti oppressé. C’est vrai dans le fond c’était comme au début mais le plaisir n’était plus vraiment là. On avait toujours les mêmes relations intimes mais sans réel plaisir, juste pour ma forme. On restait ensemble pour la forme, comme un vieux couple qui ne s’aime plus mais qui continue de vivre ensemble pour des questions pratiques.

J’ai décidé de partir le jour où j’ai compris qu’elle en voulait vraiment à mon argent. A chaque fois que j’avais besoin d’elle, je devais raquer un truc. Et puis finalement je n’étais plus chez moi. A chaque fois que je voulais changer un truc de place c’était pas possible.
“Oui mais tu comprends, c’est mieux pour toi si c’est comme ça.”
“Oui mais tu sais, tu peux pas faire ça comme si mais c’est pour ton bien”
J’avais l’impression de l’avoir loué, un peu comme une pute d’un soir, qu’on paye pour le service mais qu’on ramène pas à la maison.

Plus le temps passait, moins elle en avait pour moi. De moins en moins de relations intimes aussi. Souvent en fin de journée elle me faisait le coup de la panne. Pas celle sur le bord de la route. Non le coup de “désolé j’ai plus de jus”. Alors j’ai souvent fini tout seul. J’ose à peine le confesser à l’antenne mais dans le besoin, et parce que je ne suis qu’un homme au final, j’ai plusieurs fois fini avec l’engin d’un autre.

Le divorce a été lourd pour moi. Elle a gardé tout ce que je lui avais acheté. J’ai récupéré les quelques CD qui était à moi mais elle est parti avec tout le reste. J’ai juste eu le temps de faire une copie de nos albums photos et de mes contacts avant qu’on se déchire pour de bon.

Je l’ai quitté il y a donc tout juste un an. Au départ ça a fait pas mal jaser. J’ai du faire mon coming out public : oui j’ai changé de bord. Au début ça fait bizarre. Le regard des gens est différent quand ils se rendent compte que t’es pas avec “le truc normal” quoi.

Mais j’ai envie de dire : c’est quoi la normalité ?

Alors j’ai assumé et je me suis dis : RIEN A FOUTRE ! Pis à force tu te rends compte que t’es pas tout seul.

Aujourd’hui ça fait un an que je suis avec un sud coréen. Ouais, du pays du Gangnam Style. Alors ça fait bizarre hein. Les gens se moquent un peu de lui, sur sa taille et sa nationalité. Ca je peux vous dire que j’en ai entendu des trucs racistes sur lui hein. Genre “travail de chinetoc” “truc low cost” et tout. Mais lui et moi on est heureux.

Je sens qu’il est à moi et que j’en fait un peu ce que je veux. C’est sans doute mon côté dominateur actif. Tout n’est pas parfait mais je me sens plus libre avec lui. Et puis la communauté des gens comme nous sont des gens très cools qui partagent tout le temps leurs expériences, du coup ça donne des idées. Genre y’a quelques jours j’avais un peu soucis pour lui rentrer un truc, eh bah j’ai posé la question sur un forum et en quelques heures j’avais ma solution. Depuis je peux mettre tout et n’importe quoi dedans.

Je suis pas dupe hein, jme rends bien compte que parfois il est aussi là pour mon pognon et qu’il profute un peu de moi, mais bon, je crois que dans nos relations actuelles modernes c’est toujours un peu comme ça. En tout cas je le sens moins oppressant au quotidien et je me sens vraiment bien et comme me disent mes vrais amis : “tant que t’es heureux, vis ta vie comme tu veux.”

Alors voila aujourd’hui j’ai plus peur de le dire : j’ai dit non à Apple. Et je suis très heureux avec mon Samsung.