Michael Jackson, l’enfant qui ne voulait pas grandir

C’est le sous titre du roman de JM Barrie : the Boy Who Wouldn’t Grow Up. C’est bien entendu cette histoire d’enfant éternel qui fuit toutes ses responsabilités qui a poussé le roi de la pop à nommé sur ranch de 1100ha Neverland, qui vient d’être vendu pour 35M$, continuant à faire exister la célèbre pièce de 1904 dans la culture populaire.

Parce que finalement tout le monde a un lien avec Peter Pan dans son enfance et garde quelque part cette idée que contrairement au jeune garçon, il faut grandir, passer de l’état d’enfant à adulte pour devenir quelqu’un. En somme ce que disait Platon sur le « Devenir » (cf. Théétète) : l’homme cherche toujours à atteindre une étape supérieur, pour ne pas rester ce qu’il est et évoluer. Entrer dans le carcan social et grandir c’est changer pour atteindre l’état d' »Être ».

Ce désir de changement est finalement directement liée à ce qu’on a appelé le Syndrome de Peter Pan (puer aeternus) pour ceux qui refusent de grandir. Comme si certains, las d’atteindre l’état d' »Être » parce qu’il était trop dur avaient abandonner et refusaient tout changement. Pourquoi tenter un objectif qu’on sait ne pas pouvoir atteindre ? Ils pensent pouvoir rester comme ils sont, dans un endroit confortable et ne jamais en sortir, de peur d’être déçu ou agressé par l’inconnu dehors. C’est ce que Peter Pan tente d’enseigner à Wendy. C’est ce qui a poussé Michael Jackson a créé son Neverland.

A l’instar de Peter Pan, tout le monde connait Michael Jackson. Il est dit « personnalité la plus connue du monde ». Tout le monde a déjà entendu ses chansons, et vu sa vie dans les journaux. En créant Neverland, Bambi comme il se surnomme (en référence au film de Disney, qui a aussi adapté Peter Pan), voulait revivre son enfance. Enfance qu’il a physiquement connu, mais qu’il n’a jamais vraiment vécu du fait d’un père qui l’a souvent battu et qui mettait tous ses espoirs de carrière qu’il n’a pas eu dans ses enfants. N’ayant pas eu d’enfance heureuse, probablement que Jackson n’a pas vouloir « devenir » adulte, de peur de ne pas être heureux non plus. Alors il n’a pas chercher à l’être. Il est resté dans son monde, à la place qu’il souhaitait avoir. Et son statut social le lui a permis.

Est-ce qu’il grandira un jour ? Peu de chance… Il est désormais dans une vie et un confort qui semble lui plaire, sans contrainte. Pourquoi chercher chose ?