Back in 80

Après « Age tendre, tête de bois », la tournée des Jésus –ceux qu’on croyait mort, qui sont ressuscités trois décennies après et qui en font un bouquin pour faire parler d’eux-, après la BFM Party 80 et la soirée Nostalgie, le gouvernement le pouvait pas passer à côté d’un sujet aussi porteur que le bon vieux règne de Mitterrand. Un compil’ de reprises des ministres sera enregistré à l’Elysée cet été. Voici la tracklist en exclu :
Nicolas Sarkozy – Je te promets (Johnny Hallyday)
François Fillon – Sans amour (Christophe Mali)
Nathalie Kosciusko Morizet – Il était une fois nous deux (Joe Dassin)
Bernard Laporte – Besoin de rien (Peter et Sloane)
Michèle Alliot-Marie – Les démons de minuits (Images)
Christine Lagarde – We are the world (USA France for AfricaEverywhere)
Bernard Kouchner – Amoureux de ma femme (Richard Anthony)
Jean-Louis Boroloo – Le p’tit vin blanc (Lina Margy)
Rachida Dati – Jolie poupée (Bernard Menez)
Xavier Bertrand – Action man (Village People)
Xavier Darcos – Sacré Charlemagne (France Gall)
Fadela Amara – True Colors (Cindy Lauper)
Brice Hortefeux – Emmenez-moi les (Charles Aznavour)
Bonus track : Carla Bruni – Partenaire particulier (Indochine)

NKM : Copé m’a tuer

Le gouvernement peine à faire croire à la fin de l’affaire NKM. On savait déjà le tandem Borloo/Morizet faux et tendu mais c’est désormais la guerre ouverte. Le point fort de la jeune ministre ? Le soutien de l’opinion publique à 83% et celui de l’opposition ! Néanmoins, pendant que le gouvernement tente de sauver sa « réputation », l’Ensablée Nationale gronde au scandale. C’est à qui hurlera el plus fort pour défendre la maire de Longjumeau. C’est d’ailleurs un point d’accord non négligeable entre le gouvernement et l’opposition, qui ne semble pas partagé par les députés UMP. Leur président, Jean-François Copé, cache mal son non-enthousiasme. En tout cas, cette fin de semaine a cloturé le débat NKM, celui des OGM et a tué le Grenelle. Suivant !

Kosciusko-Morizet : « pas souhaitable »

Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Louis Borloo - Projection de "La 11ème Heure" @ Assemblée Nationale
Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Louis Borloo, le 8 janvier 2008 à l’Assemblée Nationale

La polémique autour de la secrétaire d’Etat en charge de l’écologie continue après la publication de ses critiques dans Le Monde. Le texte sur les OGM qu’elle défendait a été adopté à l’Assemblée Nationale en première lecture mais peu après, le premier ministre a déclaré que la présence de Nathalie Kosciusko-Morizet n’était « pas souhaitable » lors du déplacement ministériel au Japon. Apparamment, François Fillon n’a pas digéré les propos de NKM qui le visait directement.

NKM & le gouvernement

Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet, le 4 décembre 2007 au ministère de l’Ecologie

Dans une interview accordée dans Le Monde, la secrétaire d’Etat en charge de l’écologie a dénoncé « concours de lâcheté et d’inélégance » au sein du gouvernement et de l’UMP au sujet du projet de loi OGM. La jeune élue de l’Essonne se permet également de s’en prendre à son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo et le président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, Jean-François Copé.

Critiquée par les parlementaires ce matin, le ministre a présenté ses excuses en début d’après-midi faisant acte de la demande du premier ministre. « Je souhaite présenter des excuses à Jean-Louis Borloo et Jean-François Copé. Les propos qu’on me prête aujourd’hui dans le journal Le Monde ont été déformés », a-t-elle indiqué. « Je comprends d’ailleurs très bien qu’ils aient pu les heurter. Par ailleurs, je suis à la disposition du groupe parlementaire UMP pour m’expliquer et lui témoigner ma solidarité », a ajouté NKM. Elle a également renouveller son estime et son attachement à Jean-Louis Borloo. Tout est bien qui finit bien dans une période ou les places deviennent chères.