Pour le meilleur et pour le pire

Fin de l’année, l’heure du bilan. Alors que pleuvent les bandes annonces pour 2006, il est temps pour moi de me livrer à mon habituel TOP Ten.
1.Mysterious Skin de Gregg Araki
2.Neverland
3.Match Point
4.Le cauchemar de Darwin
5.Les noces funèbres de Tim Burton
6.Garden State
7.Le livre de Jeremie d’Asia Argento
8.Joyeux Noël de Christian Caron
9.The machinist
10.Charlie et la chocolaterie de Tim Burton

RDV demain pour le pire du pire…

Mysterious DVD

Le film est l’année enfin en DVD ! Distribué par MK2, le dernier film de Gregg Araki sortira en DVD le 26 octobre et sera en vente exceptionnel le vendredi 14 à partir de 18H au MK2 Bibliothèque lors de la séance de dédicace de Scott Heim, l’auteur du livre original.
Bien loin du « c’est pas beau, c’est pas bien », Araki pose le problème de la pédophilie d’une manière inédite : est ce que l’imaginaire peut changer à vie les souvenirs bien enfouis ? Sans puritanisme ni tabou, « Mysterious Skin » ose montrer, dire ce que personne avant n’a réussi à faire. Le film ne laisse personne indifférent et son impact persiste bien après la séance. Avec Mysterious Skin, Araki signe le tournant de sa carrière.

Joyeux noël !

Oui je suis un peu en avance. Pas pour Noël, mais pour la sortie du film, Joyeux Noël de Christian Carion. J’ai pu voir ce film en projection de presse aujourd’hui à l’Elysée Biarritz. Je ne savais pas trop ce que j’allais voir, j’avais juste vu un article dans Ecran Total, et je m’en suis rappellé, donc je suis allé à la projection, les mais dans les poches.
Depuis le début de cette année, à part Le Livre de Jeremie et Mysterious Skin, je crois qu’aucun autre film ne m’avait ému à ce point… Je suis ressorti de la salle, plein de souvenirs que je n’ai jamais eu, de pensées étrangères sur cette guerre qui me paraissait pourtant claire et limpide : horrible. Et bien non, elle était aussi par moment joyeuse et émouvante, à l’image de la gaité de nos ancêtes les soldats, capables de comprendre à l’insu de leurs supérieurs que les bochs, les rosbifs (notez la belle pancarte : Rosbifs Land 100m et Froggies Land), et les froggies étaient aussi humains qu’eux, savaient jouer au foot et aux cartes comme eux, et connaissait les même chansons.
Quand on pense au nombre de conflict guerrier (ou non) actuel dans le monde, on se rends compte à quel point la vision de Christian Caron peut être émouvante.