Lu dans le journal

Depuis quelques mois, le monde entier parle de la tristement célèbre affaire Maddie. Seulement désormais, plus aucune information sérieuse ne circule sur l’information. Pour preuve ces extraits d’un grand journal national dont le nom est celui d’un célèbre marié de Mozart :
Titre « Affaire Maddie : Les enquêteurs portugais piétinent » : donc on n’en sait rien.
« Il y a quelques jours, la presse britannique glosait sur ses journées de travail de « quatre heures et demie » et ses « repas bien arrosés », alors que la plupart des 252 témoignages spontanés que la police aurait recueillis demeuraient inexploités. » : encore une fois on ne sait rien mais il faut bien remplir les colonnes.
« Selon les dernières rumeurs portugaises » : on sent que la journaliste a des sources sûres !
« Les parents auraient ensuite « fait disparaître » » : conditionnel quand tu nous tiens…
« Pourquoi, se demandent les enquêteurs » : la réponse ne viendra pas
« Pourquoi, insiste la presse portugaise » : …qui n’en sait pas plus
« Aucun élément nouveau n’est venu étayer la mise en examen des McCann, le 19 septembre. » : merci de cette honnêteté
Comme disait Coluche : quand on parle sans savoir, mieux vaut fermer sa gueule…

Grève de l’information…

Aujourd’hui c’est « Erreur 404 – Information not found ». Je veux bien parler des XV du monde, des ébats politiques de Montcuq mais ce jour est à noter dans le calendrier tellement il est informationellement lamentable ! Au programme :
– En couverture de la plupart des revues journalières en papier : la controverse sur le sortie de prison de Bertrand Cantat. Bravo à Nadine Trintignant qui maîtrise la communication encore mieux que les parents McCann.
– Appel à la grèves de cheminot : une information pour dire qu’on sera dans la merde le… 17 octobre. Super.
– La candidature de DSK pour la FMI soutenue par les USA. Trois abréviations en une phrase, ça vaut pas un article.
Et cerise sur le ghetto : les mesures ADN pour identifier les liens de parentés pour les immigrés.
J’ai rarement connu une journée aussi insignifiante que celle là. Même pas une guerre ou un attentat pour relever le niveau. Déplorable.

Les parents de Maddie lance une campagne médiatique

Monsieur et Madame McCann ont une fille, Maddie. Vous la connaissez ? Forcément on ne parle plus que d’elle depuis deux mois. Alors que la police portugaise continue son enquête à Londres aujourd’hui, les parents s’affichent dans tous les médias pour prouver leur bonne foie : « Si la police demande à nous interroger, alors nous nous y plierons, mais nous n’avons jamais dit que nous y retournerions seulement si la police le demandait », a insisté la jeune mère dans une interview à un journal anglais ce matin.
Ces mêmes journaux anglais qui défendent à longueurs de colonne les deux médecins anglais malmenés par la police portugaise qui tente désespérément de trouver des indices concernant la disparition de la fillette. « Pendant que des Poirot malfaisants se repaissent de leur condamnation, leur petite Madeleine pourrait toujours être en vie, quelque part, implorant leurs bras » a lancé hier le Daily Mirror.
Forts de leurs avocats, le cabinet Kingsley Napley –célèbre pour avoir défendu Augusto Pinochet-, Kate et Gerry ont également opté pour un porte parole, un ancien journaliste, employé au cabinet du premier ministre, Clarence Mitchell. Il orchestre désormais tous les déplacements des parents –comme la rencontre avec le Pape- et corrige tous les propos avancés par les deux jeunes anglais. Il a renoncé à son poste de fonctionnaire car, dit-il, il est « convaincu qu’ils sont les victimes innocentes d’un crime odieux ». Son savoir-faire sera crucial dans la gestion du fait divers le plus médiatisé de ce début de siècle.