Pourquoi donc ?

J’ai reçu quelques e-mails et quelques marques d’étonnements quant à l’attachement que j’avais pour cette rencontre avec Ludivine. Pourquoi donc est ce que moi qui je suis pas du genre à starifier j’en suis venu à demander un autographe à la belle Ludivine Sagnier ?
Et bien sans encombrer cette page de détails inutile, je me permet de répondre à cette interrogation que je trouve particulièrement intéressante.
La réalisation m’est arrivée très tard, en 2003, un peu par hasard. Même si mon attachement à l’art du cinéma était présent bien avant, je dois bien avouer qu’en faire profession a été une revelation bien tardive.
J’ai fais mes premières rencontres professionnelles à travers les enfants mais au delà des rencontres, ce qui m’a donné envie de tourner un film c’est les comédiens. Et pas n’importe qui. En 2000, par hasard, je découvre une certaine Ludivine Sagnier dans « Gouttes d’eau sur pierres brûlantes » aux côtés de Malik Zidi (notamment). Trois ans plupart, enfermé dans mon univers troyen c’est à travers l’image de cette comédienne puis de Sophie Quinton que je découvre rapidement après que j’apprends ce qu’est le jeu d’acteur. Ces deux comédiennes inspirent quelques histoires, des rôles, des scènes, des dialogues, des plans. C’est leur présence sur un écran, sur une scène qui me fait dire qu’il y a des gens pour qui je pourrais écrire. C’est donc elles, Sophie, Ludivine que j’ai rencontré cette années à quelques semaines d’intervalle qui m’ont donné l’envie, et la motivation (à travers leurs prestations) de continuer mes réalisations. C’est pour cette raison, qu’en 2006, heure à laquelle je n’ai pas les moyens de faire tourner ces personnes, je me contente d’admirer leurs prestations, et de les saluer.

Enfin vue !

Certains d’entre vous savent à quel point j’apprécie certaines comédiennes françaises, notamment : Sophie Quinton (avec qui j’ai eu le chance de pouvoir discuter récemment (cf. Article sur Müetter) et … Ludivine Sagnier qui à chaque fois qu’elle est prévue à une soirée où je vais, ne viens pas… Enfin, jusqu’hier soir, puisque pendant que je sirotais mon verre à la Grande Galerie pour la soirée après les Césars, voilà que je me retrouver nez à nez avec … Ludivine ! Autant d’année d’attente pour une brève rencontre dans un sombre couloir bleu. Bien content de voir la belle je lui glisse pour invitation aux Césars et un stylo afin qu’il y inscrire délicatement son nom, acte purement barbare dans ce genre de cérémonie mais souvenir magnifique le lendemain. Merci Ludivine et à la prochaine ! 😉

Censure ?

Pour la 2e fois en une semaine (et suite à la même image) je suis victime de censure. Cette image, que je ne posterai pas afin de m’obliger à me censurer par la suite) est tirée de Gouttes d’Eau sur Pierre Brûlantes, l’excellent film de François Ozon et n’est autre que Ludivine Sagnier avec les seins nus devant une vitre.
Tout d’abord, l’image a été placée sur un site dans lequel je présente mes créations universitaires, c’est à dire un site uniquement visités par des adultes et qui plus est des gens dit créatifs et artistes … Il semble que le temps des artistes décadents soit finit puisque tout d’abord le site a été fermé puis j’ai été sommé de supprimer les dites images, alors que l’heure suivant nous était projeté un manga japonais dans lequel une jeune femme se faisait violait pendant plus de la moitié du film (détails non censurés).
Le jour suivant, sur un forum lui aussi généralement destiné à des adultes, je poste cette dite photo de la divine Lu-divine, et là encore même réaction : suppression du message, de la photo et du compte et interdiction d’accès ! Très étonnant pour un site dont une pop up sur deux comporte des femmes en plus nues et plus visibles que ma Ludivine que je vu, du coup, garder pour moi seul.

pp

Peter Pan de JP Hogan

Enfin une vraie adaptation du roman de J.M. Barrie. Une histoire féerique, un monde merveilleux, une musique magique, des acteurs parfaits ! Tous les ingrédients sont là pour faire de Peter Pan LE succès de l’année. Malgré une cible plutôt jeune, Peter Pan convient à un public très varié. On pourrait s’attendre à une nouvelle adaptation libre alors qu’en fait il s’agit d’une adaptation plutôt fidèle du livre et malgré les quelques scènes coupées qui font que le film prend quelques libertés le résultat est génial. Le budget était au rendez vous (plus de 100M$ hors coût de promotion), le casting était présent (Jason Isaacs, Ludivine Sagnier, Jeremy Sumpter, Olivia Williams…) et a donné sa chance à de nouveaux acteurs (Theodore Chester, et les autres Enfants Perdus), mais les moyens aussi : James Newton Howard, PJ Hogan, ILM aux effets spéciaux… Encore une grosse production US… Oui mais différente des autres, une production sans propagande, sans drapeau américain, sans américain qui sauve le monde, et même si Pan a un accent américain (pour l’anecdote, pendant tout l’été 2002, Jeremy a pris des cours pour apprendre l’accent anglais mais ils l’ont fait tourner avec un accent américain), Peter Pan restera la plus grande adaptation de J.M. Barrie !