Quand Le Parisien sert la soupe et crache dedans

EDIT 12H02 : je viens de voir que c’était un classement Voici et non Le Parisien. Ce qui finalement est bien pire sur la conclusion

C’est le megabuzz trash people putasserie (comme dirait Morandini) du matin : le classement des personnalités détestées des français. Et il est franchement étonnant. Tant sur les présents que sur les absents. On passera sur le fait que les 3 personnalités les plus détestées sont 3 musulmans.

Côté politique, on retrouve François Hollande, sans grande surprise, accompagné de son épouse et un peu plus loin Nicolas Sarkozy et la sienne, pourtant plébiscité dans les sondages d’opinion. Bizarrement, aucune autre personnalité politique ne remonte. Pas de Marine ou Jean-Marie Le Pen. Pas de Cahuzac, Woerth, Guaino ou autres mis en examen. Pas de ministre en exercice non plus, alors que les français disent exprimer « un ras le bol fiscal » dans les sondages. Et dans les politisables, aucune trace de Frigide Barjot, Dieudonné, Christiane Taubira, Manuel Valls ou Alain Escada.

Côté sport, on retrouve Franck Ribery, en lice pour le Ballon d’Or, qui admet souffrir d’une mauvaise image en France, mais aucun autre joueur français. Pas même Evra qui a pourtant été assez violent récemment dans ses propos. Pas non plus de Lilian Thuram qui règle ses disputes conjugales dans les médias. Et encore plus surprenant la 19e place est attribuée à… Yannick Noah, souvent nommé personnalité préférée des français dans le classement JDD/IFOP, et 10e cet été.

Et la comparaison ne s’arrête pas là. Gérard Depardieu est 46e personnalité préférée des français et 9e la plus détestée. Alain Delon est quant à lui respectivement 48e et 7e. Encore plus étonnant Laurent Ruquier est 46e et 16e alors qu’aucun de ses chroniqueurs n’est cité, pas plus que Eric Zemmour. Et aucun autre polémicien.

Le Parisien oublie de donner sa méthodologie. Pour le JDD, IFOP est très clair sur la méthode

Vous allez voir une série de 50 personnalités françaises. Nous aimerions savoir quel(le)s sont, parmi les suivant(e)s, les dix Français(es) qui comptent le plus pour vous aujourd’hui, et que vous trouvez les plus sympathiques.
1) Pour chaque personnalité qui va s’afficher, merci d’indiquer si vous considérez qu’elle compte et/ou que vous l’aimez bien ou si vous ne l’aimez pas (ou que vous ne la connaissez pas).
2) Parmi les personnalités que vous avez retenu comme étant des personnes qui comptent pour vous ou que vous aimez bien, quelles sont les dix qui comptent le plus pour vous ou que vous aimez le mieux ?

Ainsi les gens ont le choix entre une liste prédéfinie de personnalités. C’est à dire que le JDD choisit lui même les 50 personnalités, et demandent aux gens de voter. De fait, le classement est biaisé. Et il y a fort à parier que Le Parisien a fait de même, avec sans doute une liste de plus de 20 personnalités et une question genre « Qui vous agace le plus ».

Et quand on regarde la liste, ce qu’on peut noter c’est que les deux premières, Zahia Dehar et Nabilla Benattia ont un peu le même profil : deux filles parties de rien qui ont réussi grâce à leur corps, d’abord avec la prostitution puis avec leur image. Et elles ont bénéficié du peu ramdam (c’est le mot français pour buzz) médiatique. D’ailleurs dans la liste on retrouve aussi Léa Seydoux dont on a longuement parlé sur les réseaux sociaux pour sa présence médiatique à outrance. Et c’est finalement le cas de tout ceux qui sont cités. Ainsi les français sembleraient sanctionner non pas des personnalités qu’ils ne connaissent pas mais bien leur présence médiatique. Sauf que…

La présence médiatique comme son nom l’indique, vient des médias. Que Le Parisien est un média. LeParisien.fr a 3230 résultats sur Nabilla, 8030 sur Zahia (6040 sur Frigide Barjot, 286 000 sur Nicolas Sarkozy). Et le journal, comme ses confrères, s’est largement fait l’écho de ces personnalités dont il s’est servi pour écouler des tirages ou faire des pages vues sur son site internet pour vendre un maximum de publicité. C’est pourquoi le classement est doublement faussé. Et sans doute que la question aurait du être :

Parmi toutes ses personnalités dont on vous a boursouflé le cortex pendant l’année qui vient de s’écouler, lesquelles vous on le plus énervé ?

Désinformations plein nos journaux

Dans notre beau pays tricolore nous avons inventé le besoin de donner des libertés à chacun, tellement nous trouvions elles étaient peu innées. C’est ainsi, qu’un mercredi matin, le 29 juillet 1881, après la mort de quelques communards, une loi fut promulguée pour définir les libertés fondamentales de la presse afin que chaque citoyen puisse être informé de tous les faits qu’un courageux journaliste pouvait dénoncer.
Figurez-vous même, bande de curieux que le 6 janvier dernier –oui je parle bien de la veille du 7, date à laquelle Christophe Gautier, journaliste a Paris Match a subit une perquisition et a été placé en garde à vue dans le cadre des photos de Treiber publiées pendant sa cavale-, le 6 janvier dernier donc étaient promulgués nombres de modifications sans intérêt.

Cent-vingt-huit ans et demi après, le socialisme est mort mais pas cette loi libertiphile qui confère donc la même liberté d’expression à tous les journalistes hexagonaux pourvu qu’ils gribouillent dans un quelconque canard. Ainsi, ce matin en lisant un journal parisien dont que je tairais le nom, ma surprise fut grande en admirant l’extrême retenue du parterre éditorialiste qui n’a pas de parterre que le nom.

Après avoir appris que l’immense footballiste Sammy Traoré dont je n’avait jamais entendu que le prénom s’était fait dérobé près de 15.000 euros (ou 10.000 euros suivant qu’on lise le texte ou qu’on regarde l’image) près Versailles, dont, cramponnez vous, je cite Julien Constant qui mérite un prix Albert Londres pour cette information, « des boucles d’oreilles et un solitaire en or et diamants, mais aussi une montre Chanel, des lunettes en diamants de Guérin, un sac à main de femme Chanel, une ceinture Gucci, une veste en fourrure de renard gris, un parfum Dior, une console de jeux » mais aussi « deux blousons, une valise et un sac de sport Gucci ». Mon cher Julien Constant, la prochaine fois que tu dégotes une information aussi hallucinante que celle que tu oses baver dans les colonnes de ton torchon, fais une rapide recherche sur internet sur le temps de ta pause café et, s’il cela ne te dérange pas trop, annonce que le salaire de notre malheureux Sammy Troaré est de 70.000 euros mensuel auquel s’ajoute une prime de 5.000 euros par match joué en tant que titulaire. Ca nous permettra d’économiser quelques larmes pour lacrimer sur quelque afghan génocidé.

Mais c’est finalement Amel Brahmi qui décrochera le Pultizerbe du jour avec trois cents trente huits mots –et pas une faute- consacrée à un groupe Facebook. Bien qu’il soit ‘à la mode’ depuis quelques temps de reprendre les informations glanées sur Twitter afin d’éviter de perdre du temps à vérifier ses sources, écrire trois cents trente huit mots sur un seul groupe Facebook me semblait hors d’atteinte des journaux qui payent des gens. Mal, mais quand même. Dans son pamphlet anti web 2.0, Amel brame contre un groupe de 900 personnes –quelle in/affluence !- intitulé sobrement « Il n’y a pas de pédophile, il n’y a que des enfants faciles » trié –si je suis puis je permettre mais je me permets tout- du non moins vas(elin)eux « Il n’y a pas de zoophiles, il n’y a que des poneys faciles ». Passé la rime pauvre en –ile, il est clair que le groupe, pas plus que les explications qui vont avec ne sont amusantes mais le traitement qui est fait par ce raconteur de faits d’hiver de non information est assez surprenant, alors que –me semble t’il- il n’y a aucune apologie de quelque crime qu’il soit. Amel Brahmi fait témoigner un certain Raphaël qui lui pensait à un traquenard pour « attirer les pédophiles ». Faut de réaction de la part de Facebook dans les 5 minutes cette même personne aurait alerté le « ministère de l’Intérieur » et aurait fait un « finalement à la police » pour « corruption de mineur ». En voilà des gros mots pour une mauvaise blague qui au pire aura choqué quelques e-passants. Mais nous, une tripotée d’internautes partent en croisade contre la liberté d’expression qui n’est pas la leur soutenu par un journaleux qui a oublié que son papa et sa maman lui ont payé des études pour un métier basé sur une loi pour laquelle quelque connard de communard –jolie rime en –ard- sont morts dans une ville qui a donné son nom à son torchon.

Trop honteux pour conclure lui-même, il abrège nos souffrances pendant ces trois centaines de ridicules mots avec une phrase repompée sur une internaute avoue t’il : « On voit bien que Facebook, ne surveille pas ses réseaux ». Hadopi a de bien beaux jours devant lui. Le journalisme peut-être pas.

Retourne dans ton époque !

J’ai reçu un e-mail. Allons donc, c’est pas unusuel. Dans cette electro-missive, on m’apprends que Dailymotion est visé dans une plainte du BNVCA pour avoir laisser diffuser une vidéo montrant des photos de juifs sur la chanson de la fin des années 20, « La noce de Rebecca » du comique Georgius. Trois questions arrivent automatiquement : Qui est le BNVCA ? Doit-on censurer le passé ? Que fait Ségolène Royal ?

Je laisserai la réponse à la troisième question aux plus archéologues d’entre nous. La première est plus simple mais non moins drôle. Le BNVCA -comprennez Bureau Nationnal de Vigilance Contre l’Antisémitsme (si, si, avec deux « N »)- est une association -même s’ils veulent se donner plus d’important et qu’ils n’en disent pas le nom- destiné à « faire face à toutes les formes d’agression et d’hostilité antijuives et anti-israéliennes ». Cette association dont le fond peut paraître honorable n’hésite pas à ouvertement attaquer des journalistes ou des médias -tel que Nicolas Jacquard du Parisien- si les propos tenus ne sont pas à leur convenance ou à celle de leurs adhérants. En toute mauvaise foie, ils tentent d’excercicer des pressions de parts et d’autres afin d’assoire une certaines formes de prosélytismes en reprenant à leur compte tous les actes dits antisémites de l’actualité quotidienne. A l’instar d’autres associations comme Génération Palestine (qui milite pour la même chose, mais dans l’autre sens), le BNVCA tente de transposer en France les problèmes rencontrés depuis le début du conflict israëlo-palestinien.

On peut également se questionner sur le fond de cette nouvelle plainte du BNVCA. Elle dénonce un « album des portraits d’un grand nombre de personnages celebres, francais,connus pour etre de confession juive ou supposes tels » (sic). L’association estime quer la video qui ne cite aucun nom « constitue toutefois une liste photographique de nature antisemite,passible des poursuites penales ». En quoi le fait de mettre à la suite des personnalités supposées juives est un délit ? En aucun cas une incitation à la haine où a la violence n’a été relevé. Le BNVCA prend néanmoins la peine de citer que la chanson qui accompagne le diaporama est « La noce de Rebecca » sans oser dire que c’est un texte antisémite. En sus, l’association prosémite demande au CSA « un plus grand controle de Dailymotion,voire sa fermeture en cas de recidive ».

Qu’est ce qui pousse donc le BNVCA à demander une telle censure ? La suite de portraits de personnalités juives ? Ou l’association avec « La noce de Rebecca » ? Dans son communiqué, rien n’est moins clair même si on peut sentir au fond que c’est l’association avec la chanson de Georgius qui pose problème. Devrions nous oublier et censurer les chansons humoristiques de notre passé ? Renier l’héritage culturel qui nous a été légué par plusieurs générations à cause d’esprits aussi fermés que tordus ? Si Desproges et Coluche étaient encore vivants, ça ferait longtemps qu’on les aurait tué.

Le texte de la chanson :

La fille de Monsieur Mayer
Rébecca s’est mariée avant hier
Elle a épousé l’fils Lévy
Le marchand d’rob’s du passage Brady
Y avait là Madam’ Pomeratzbaum
Monsieur Smoutz, Monsieur Olimbaum
L’oncle Schwartz, la cousin’ Kaufmann’
Et les onz’ frèr’s Hartman
Le Docteur Blum égal’ment
Qui était de la fête
En l’honneur de c’t’évèn’ment
Avait changé d’chaussettes !

Refrain :
Ah ! mes enfants
On s’en souviendra longtemps
Dans dix ans on parlera
Encor’ de la noce à Rébecca
Il y avait eut un grand déjeuner
La p’tit’ Rébecca avait l’ventre gonflé
Son mari, un typ’ sans façon
Dut déboutonner son pantalon
L’Docteur Blum mangeait avec ses doigts
Sa femme lui dit deux fois :
«Ça te donne un très mauvais air
Tu n’as donc pas de couvert ?»
Il lui répondit viv’ment :
«Ne me fais pas d’reproche
Comme il était en argent
Je l’ai mis dans ma poche»

Refrain :
Ah ! mes enfants
On s’en souviendra longtemps
Dans dix ans on parlera
Encor’ de la noce à Rébecca
Après l’déjeuner on dansa
Les onz’ frèr’s Hartmann n’attendaient que ça
Mais ça provoqua des malheurs
Ils y mirent un peu trop d’ardeur
Voilà que de la poch’ d’un gousset
Deux sous tombèr’nt sur le parquet
Tout le mond’ se précipita
Un’ bagarre éclata
Madam’ Kaufmann fut blessée
Et conduite à l’hospice
Les deux sous fur’nt retrouvés
Cachés entre ses cuisses

Refrain :
Ah ! mes enfants
On s’en souviendra longtemps
Dans dix ans on parlera
Encor’ de la noce à Rébecca
Pour calmer tous les invités
Qui se montraient un peu surexcités
Rébecca joua du piano
Le fils Lévy vendit deux manteaux
L’oncle Schwartz offrit des cigares
Monsieur Smoutz en prit un dar’-dar’
Mais il dit au moment d’fumer :
«J’ai l’bout qu’est pas coupé !»
L’pèr’ Mayer crie très fort :
«Pas coupé !… C’est tragique
Foutez-moi c’t’homme-là dehors
C’est un sal’ catholique !»

Concours à la con…

Depuis les deux semaines que l’on subit Roland Garros un jeu du plus mauvais gout, donc à ma plus grand convenance, semble courir dans les rédactions : faire les plus mauvais jeux de mots avec Gaël Monfils.

L'indépendant : Gael Monfils

La Palme d’Or va sans doute ce matin à L’Indépendant pour ce titre extraordinaire : Montfils -avec la faute- : sa bataille. Mais aussi :
Impossible n’est pas Monfils (Europe 1)
Papa Monfils veille (Eurosport)
Monfils et se secrets (Sport 24)
Seras-tu champion Monfils ? (Afrik)
Monfils n’a peur de rien (Nouvel Obs)
Gael Monfils, ce héro, leur bataille (Le temps)
Monfils l’hériter (Noubel Obs)
Le gloire de Monfils (L’Equipe / La Dépêche)
Monfils unique (Le Parisien)
Tu seras un homme Monfils (France Soir)
La Monf à Donf (Libération)
Monfils y va aussi (Le Figaro)
Tous derrière Monfils (Tele News)
Monfils fédère (M6 qui double le mauvais gout)
Monfils a grandi (France Soir)
Gael Monfils de Yannick Noah (Lepost)
C’est bien, Monfils (DOMactu)
Monfils, ce héro (Le Petit Journal)
Monfils est exceptionnel (RinoMedia.com)

Moi aussi je peux sortir du titrage tellement crétin que même l’Huma n’oserait pas le publié. Vous ne me croyez pas ? Tant pis… J’ose !

Jamais sans Monfils
Qui va niquer Monfils?
Monfils de France
Pas assez cher pour Monfils

Enfin, heureusement Monfils a de l’humour puisqu’il a lui même déclarer cette semaine : « Je suis conçu pour bander en finale de Roland-Garros ». Espérons qu’il ne monte pas contre Mauresmo…