Vizirette à la place du vizir

Voulant en apprendre plus sur l’origine du mot vizirette -savoir notamment s’il existaita avant la lessive Vizir-, je l’ai Googlisé.
Eh bien ma fois, c’est assez drôle ce qu’on trouve…

Il me semble que ce Google Bombing avait déjà été fait avec Iznogoud et Nicolas Sarkozy pendant les élections présidentielles de 2007.

Edit : après vérif, le Google Bombing fait sur Nicolas Sarkozy existe toujours.

Lien : http://www.presidentielle-2007.net/actualite/index.php/2005/10/06/22-google-bombing-sarkozy-iznogoud

Google à 10 ans !

Le 15 septembre 1997, il y a dix ans, deux étudiants de Standford (USA – Ca) –Larry Page et Sergey Brin- déposaient le nom de domaine Google.com qui verra le jour un an plus tard sans savoir que dix ans plus tard ils seraient à la tête d’une société qui fait 13.4 milliards de dollars de chiffre d’affaire, compte près de 12.000 employés à travers le monde et possède 450.000 serveurs répartis sur 25 sites. Le moteur de recherche le plus utilisé du web pèse 160 milliards de dollars à Wall Street.
En 2000, Google assoit sa réputation en étant le premier moteur à avoir référencé un demi milliard de pages. La même année, la société propose aux internautes la Google Toolbar qui sera par la suite intégré à la suite Firefox. Google lance ensuite une foule de service de Froogle à Blogger en passant par Google Maps, Gmail, Desktop Search, Picasa, JotSpot, Youtube et plus récemment DoubleClick, la première régie publicitaire du web.
La success story est fulgurante et séduit la terre entière mais pas seulement. En devenant le Microsoft du web, Google s’est également fait des ennemis. En lançant Google Books, les dirigeants ont été accusés de vouloir privatiser le savoir et se sont mis à dos –encore une fois- les éditeurs et toute l’industrie culturelle –comme pour l’affaire Youtube-. Les associations de consommateurs font égalements les gros yeux à la première entreprise de l’internet. Malgré les nombreuses interventions de Peter Fleischer, responsable de la protection des données privées chez Google, -qui vient de au cours d’une réunion organisée par l’Unesco, la mise en place de « standards internationaux de protection des données privées » basées sur les 9 principes de respect des données privées édictés par l’APEC-, les associations l’accuse de tracer les internautes afin de leur proposer des produits ciblés. L’accusation est d’autant plus important que la firme vient d’acquérir une nouvelle régie publicitaire. Ce point est suffisamment déterminant pour être au centre des débats, mais on oublie trop souvent de mentionner que les concurrents les plus directs de Google (Yahoo et MicroSoft) étaient sur les rangs et qu’ils ont acquis d’autres régies peu de temps après pour occuper un secteur croissant. A ce propos, Olivier Andrieu, spécialiste des moteurs de recherche déclarait au JDD dans l’article « Qui a peur du grand méchant Google ? » : « Google collecte une masse de données inimaginable. Ils me connaissent mieux que moi-même », et indiquait que l’utilisation des services de Google (recherche, compte mail, visionnage de vidéos, achat en ligne, recherche sur son ordinateur…) permettaient d’extraire des données offrant aux annonceurs des publicités toujours plus ciblées. »
Désormais, Google voit gros et attaque le marché des logiciels d’entreprise avec Googles Apps, avec notamment Presently, un Powerpoint-like, rejoignant ainsi le traitement de texte et le tableur déjà disponibles dans la suite logicielle de Google au moment où la firme tente de pénétrer le marché des entreprises, dans les domaines du SaaS (Software as a Service) –externalisation des logiciels– et des bureaux virtuels. Afin de toucher ces nouveaux clients, Google s’est associé à CapGemini pour commercialiser sa suite bureautique en ligne Google Apps Premier Edition, un service qui vient directement concurrencer Office Live.