Le guide du mariage forcé

Pour une fois, je n’écrirais pas de conneries. Non, non, non. Le guide du mariage forcé n’est pas l’antonyme de « Le mariage pour les nuls », mais le nom d’un manuel édité par la mairie de Paris et porté par Bertrand Delanoë –qui lui voudrait bien forcer pour se marier-.
Ce guide, à l’usage « des maires, des élu(e)s ainsi que des agents de l’Etat civil » sera présenté demain matin par Fatima (ça fait bien hein ?) Lalem, adjointe chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes. Parce que oui, à la mairie de Paris on n’est pas capable de décharger le périph en embouteillage et d’arriver à obtenir des métros fluides aux heures de pointes, mais on est capable de régler l’égalité entre les hommes et les femmes. C’est beau.
Ainsi, surfant sur l’actualité, la mairie de Paris explique comment éviter que des méchants maris épousent de gentilles filles, comme ça, juste pour niquer, pour divorcer deux semaines après parce qu’elles ne sont plus vierges et pour faire finalement annuler l’annulation du mariage. Ou du divorce. Enfin bref, on n’y comprend plus rien. Pas plus que Delanoë comprends quelque chose au mariage.
Ainsi, demain matin, devant la presse du tout Paris (euh, bon, que de Paris) la bande à Fatima, soutenue par Bruno Julliard –toujours dans les bons coups- et Jacques Bravo –jamais où il faut- tentera de justifier ces milliers d’euros gaspillés dans une opération démago en « témoign[ant] de leur quotidien face aux violences faites aux femmes et aux mariages sans consentement. »