Indiscrétions

Qu’est ce qui va encore plus vite qu’une réforme sarkozyste ? Qui se répands encore plus vite qu’une boulette de Bernard Laporte ? Qui dure aussi longtemps que le déficit de la sécu ? Elle sent. Elle pue. Elle souille. La vile et méchante rumeur. Mais on l’aime bien quand même. La rumeur dit que le premier ministre tel un flocon de neige de moyenne montagne ne passera pas l’hiver. La rumeur raconte aussi que l’ex porte parole de Nicolas Sarkozy va arrêter de prendre la parole et se contentera de la porte. La rumeur insinue que c’est à cause de Carla que Rachida finir avec la porte au lieu de Nicolas (notez que c’est moins pire que finir avec Laporte). Carla a en effet menacé plusieurs plus la garde des sceaux et lui a noamment interdit de lui envoyer des SMS. Rachida qui faisait partie de l’âge sarkozysite, l’épopée bling-bling, va donc rester dans les cartons de souvenirs.

Back in 80

Après « Age tendre, tête de bois », la tournée des Jésus –ceux qu’on croyait mort, qui sont ressuscités trois décennies après et qui en font un bouquin pour faire parler d’eux-, après la BFM Party 80 et la soirée Nostalgie, le gouvernement le pouvait pas passer à côté d’un sujet aussi porteur que le bon vieux règne de Mitterrand. Un compil’ de reprises des ministres sera enregistré à l’Elysée cet été. Voici la tracklist en exclu :
Nicolas Sarkozy – Je te promets (Johnny Hallyday)
François Fillon – Sans amour (Christophe Mali)
Nathalie Kosciusko Morizet – Il était une fois nous deux (Joe Dassin)
Bernard Laporte – Besoin de rien (Peter et Sloane)
Michèle Alliot-Marie – Les démons de minuits (Images)
Christine Lagarde – We are the world (USA France for AfricaEverywhere)
Bernard Kouchner – Amoureux de ma femme (Richard Anthony)
Jean-Louis Boroloo – Le p’tit vin blanc (Lina Margy)
Rachida Dati – Jolie poupée (Bernard Menez)
Xavier Bertrand – Action man (Village People)
Xavier Darcos – Sacré Charlemagne (France Gall)
Fadela Amara – True Colors (Cindy Lauper)
Brice Hortefeux – Emmenez-moi les (Charles Aznavour)
Bonus track : Carla Bruni – Partenaire particulier (Indochine)

Sarkozy, Carla, le SMS et le Routier

Dans une tribune publiée dans « Le Monde » ce matin, Carla Bruni-Sarkozy affirme que désormais « l’affaire du faux SMS est close » car « [son] mari vient de retirer sa plainte contre Le Nouvel Observateur après réception de la lettre d’excuses qu’Airy Routier ». Tout va bien dans le meilleur du Monde pour Nicolas Sarkozy qui veut se recadrer dans sa position de Président de la République. Cette soudaine accalmie annoncée par la première dame de France est nuancée par Airy Routier, le journaliste qui avait révélé l’existence du SMS, qui affirme qu’il a écrit « de [sa] propre initiative la semaine dernière » pour lui exprimer ses « regrets de l’avoir blessée par cette publication ». Il maintient cependant l’existence du fameux SMS contesté par l’ex-femme du Président elle-même. Selon plusieurs sources gouvernementales, le « corbeau » pour tout simplement être le proche de Cécilia et ex-porte parole de l’Elysée, David Martinon.
Le journaliste du Nouvel Obs non content d’insister sur sa version des faits, ironise en affirmant qu’il a fournit au couple présidentielle une « issue honorable » à cette « affaire ». M. Routier aurait il oublié qu’il n’y avait « affaire » que parce qu’il avait daigné y donner lui-même de l’importance. Comment ce « journaliste » délinquant peut il se targuer d’avoir « aider » qui que ce soit en lancer in scandale sur une information d’ordre privée sous couvert de la liberté de la presse ? D’autant que Routier n’en est pas à son premier scandale « sur mesure » puisqu’il avait déjà choqué lors de la sortie de son livre « La France sans permis » ou il avouait d’ailleurs qu’il roulait lui-même sans permis de conduire… Un bel exemple tiens !

Rififi à Neuilly

C’est la cacophonie à Neuilly-sur-Seine (92) après la publication ce matin d’un sondage donnant perdant le candidat UMP sarkozysite et porte-parole de l’Elysée (et ancien proche de Cécilia), David Martinon. Une sondage « secret » (sic !) donne l’avantage à son adversaire –de droite- Jean-Christophe Fromentin à 45% contre 40% pour la liste soutenue par Marie-Christine Bénard, Jean Sarkozy et Arnaud Teullé. C’est un nouveau coup du pour celui dont l’arrivée à la tête de la liste a été longuement constemment par la délégation UMP locale et par ne nombreux neuilléen. L’actuel chef de l’Etat, ancien maire de Neuilly, y avait été élu à plus de 76%.
Suite : La conférence de presse annoncée à la mi-journée par le clan Martinon a été « reportée sine die », à quelques minutes de son commencement. Personne ne sait ce qu’il s’est passé ni la suite des évènements. Certains militants murmurent le retrait de David Martinon. C’est néanmoins un premier coup dur pour la droite pour les municipales.


David Martinon lors du lancement de sa campagne en janvier 2008
(c) B. LEMAIRE / VIRTUO