Au cas où, si dans l’hypothèse que…

Aujourd’hui sera remis à 11H le Prix Nobel de la Paix. Bien que les dissidents chinois soient favoris -c’est leur année-, il reste quelque 196 autres candidats parmi lesquelles Ingrid Betancourt. Le comité de son ex-mari a d’ailleurs envoyé aujourd’hui en fin d’après-midi un communiqué de presse -sous embargo- avec invitation à une conférence de presse dans un grand hotel parisien, au cas où Ingrid Betancourt recevrait la récompense suprême.
Loin de moi de dire -encore une fois- que l’ex-otage des FARC en fait un peu trop depuis sa libération -et ce n’est pas Renaud qui me contredira-, mais je trouve, quand même, -et je ne vais pas me gêner pour le dire puisqu’on ne me pose pas la question- que l’envoi de ce communiqué est un peu déplacé. On sait tous que les discours et les réactions sont généralement écrits à l »avance de même que les nécrologies de Drucker et de Aznavour dorment au fond de tous les tiroirs de toutes les rédactions parisiennes, mais est-ce une raison pour tirer indécemment sur cette corde…
Voici donc quelques extraits du communiqué rédigé par Hervé Marro (auteur également de : « Pourquoi le match de foot France-Colombie doit être dédié à Ingrid Betancourt).
Merci de ne pas diffuser -tout comme moi- d’extrait, puisque comme le rappel l’auteur : « la réaction [est] SOUS EMBARGO jusqu’à l’éventuelle annonce ».

En attribuant le Prix Nobel de la Paix à Ingrid Betancourt, le Comité Nobel a décidé d’adresser un message fort aux preneurs d’otages et aux terroristes

Le Prix Nobel de la Paix est remis à Ingrid Betancourt au motif de ses combats menés en Colombie, avant son enlèvement en Colombie

Inévitablement, ce Nobel de la Paix doit inviter à la réflexion les puissants de ce monde car la prise d’otage devient sournoisement le fléau du XXIème siècle

Nous appelons de nos vœux l’organisation d’une convention internationale dans le prolongement de l’esprit de ce Prix Nobel de la Paix. Il est essentiel que des termes soient apposés face à l’infamie de la prise d’otage, il est urgent qu’un statut de l’otage soit défini pour mieux en prémunir chaque citoyen. Notre collectif fait part de sa disponibilité dans ce sens et agira dans l’optique de la concrétisation de cet objectif.

Remerciements : Chaque année depuis l’enlèvement d’Ingrid, nous avons remué ciel et terre pour qu’elle obtienne ce prix. Nous tenons à remercier chaleureusement les députés, les sénateurs et les universitaires français qui ont été forces de proposition auprès du Comité Nobel et sans qui Ingrid n’aurait jamais eu ce Prix.

Ingrid Betancourt

« Sans qui » hein ? Ils vont être contents les sénateurs et les députés demain à 11H…

A gauche du fric

Peut-on être de gauche et avoir du fric ? On sait tous depuis la dernière campagne pour les présidentielles que oui. Est-ce que ça donne pour autant mauvaise conscience ? A en juger par le réponse abusif de Séoglène Royal, évidemment que non. Nouvelle preuver hier dans le JDD où 52 artistes lancent à appel au soutien de la loi Hadopi (accronyme d’un truc imprononçable) permettant la « riposte graduée » -livre blanc sur la défense oblige- sur les méchants téléchargeurs de musiques universaliennes.
Étienne Daho, Christophe Maé, Kery James, Sinik, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman, Jenifer, Stanislas, Raphaël, M Pokora, Keren Ann, Thomas Dutronc, Eddy Mitchell, Isabelle Boulay, Maxime Le Forestier, Martin Solveig, Marc Lavoine, Calogero, Gérard Darmon, Pascal Obispo, Jacob Devarrieux, Elie Seimoun, Alain Bashung, Bernard Lavilliers, Rachid Taha, Bob Sinclar, Psy4delarime, Abd Al Malik, Anis, André Manoukian, Charles Aznavour, Alain Souchon, Mademoiselle K, Soprano, Arthur H, BB Brunes, Liane Foly, Emmanuelle Seigner, Ridan, Renan Luce, Zita Swoon, Johnny Hallyday, Empyr, Kenza Farah, Shine, Camaro, Diam’s, Renaud, Romane Cerda, Cali et la Grande Sophie… Parmi cette brochette, on retrouve bon nombre d’artistes « de gauche » qui prône LA Liberté, celle qui réunit toute les libertés individuelles et collectives, ces mêmes artistes qui hurlent à l’anti-sarkozysme en se délectant de caviar sur des yachts pendant des vacances payées grâces aux ristournes du paquet fiscales. Oui, ces mêmes artistes qui vivent du pognon dépensé par le public à travers les taxes sur la copie privée (tous supports confondus), la redevance télévisuelle, les concerts, les CD dont les ventes ne chutent pas plus que le mur de Berlin dans les années 70’s. Aujourd’hui ces artistes dont près d’un tiers dépassent les millions de revenus annuels se disent « inquiets, très inquiets » car « aujourd’hui, de bonnes âmes essaient de faire croire que la liberté de tout faire, donc de faire tout et n’importe quoi sur Internet est un droit de l’homme que rien ne saurait contrarier sauf à tomber dans une forme de dictature préhistorique. Eh bien non ! ».
Revolutionnaires certes, mais contre les autres seulement !

Back in 80

Après « Age tendre, tête de bois », la tournée des Jésus –ceux qu’on croyait mort, qui sont ressuscités trois décennies après et qui en font un bouquin pour faire parler d’eux-, après la BFM Party 80 et la soirée Nostalgie, le gouvernement le pouvait pas passer à côté d’un sujet aussi porteur que le bon vieux règne de Mitterrand. Un compil’ de reprises des ministres sera enregistré à l’Elysée cet été. Voici la tracklist en exclu :
Nicolas Sarkozy – Je te promets (Johnny Hallyday)
François Fillon – Sans amour (Christophe Mali)
Nathalie Kosciusko Morizet – Il était une fois nous deux (Joe Dassin)
Bernard Laporte – Besoin de rien (Peter et Sloane)
Michèle Alliot-Marie – Les démons de minuits (Images)
Christine Lagarde – We are the world (USA France for AfricaEverywhere)
Bernard Kouchner – Amoureux de ma femme (Richard Anthony)
Jean-Louis Boroloo – Le p’tit vin blanc (Lina Margy)
Rachida Dati – Jolie poupée (Bernard Menez)
Xavier Bertrand – Action man (Village People)
Xavier Darcos – Sacré Charlemagne (France Gall)
Fadela Amara – True Colors (Cindy Lauper)
Brice Hortefeux – Emmenez-moi les (Charles Aznavour)
Bonus track : Carla Bruni – Partenaire particulier (Indochine)