C’est le Moyen-Orient qu’on assassine !

Benazir Bhutto, 54 ans, ancien Premier Ministre Pakistanais a été assassinée ce matin dans un attentat suicide perpétré près d’Islamabad alors qu’elle sortait d’une réunion électorale. Le Parti du Peuple Pakistanais, sa formation politique, a confirmé son dècès peu après son arrivée à l’hopital Rawalpindi où des centaines de personnes ont scandé des slogans contre Musharraf. « Elle est morte en martyre » a affirmé Rehman Malik, un des responsables du PPP. Les autorités locales ont annoncé que le kamikaze avait tiré plusieurs coups de feu en direction de Bhutto avant de faire exploser sa charge. On fait état de seize victimes dans cet attentat qui arrive deux semaines avant le scrutin du 8 janvier.
« Cet acte est l’oeuvre de ceux qui veulent désintégrer du Pakistan parce qu’elle était un symbole d’unité. Ils ont achevé la famille Bhutto. Ce sont des ennemis du Pakistan », a déclaré à Reuters Farzana Raja, un autre responsable du PPP.
Benazir Bhutto avait été en 1988, à seulement 35 ans, la première femme a conduire le gouvernement d’un pays musulman après la victoire du PPP, fondé par son père Zulfikar Ali Bhutto, qui fut président puis Premier ministre du Pakistan avant d’être renversé en juillet 1997 et exécuté deux ans plus tard peu après avoir déclaré avoir être régulièrement la cible de tentatives d’assassinat par Al Qaïda. Ses deux frères sont morts dans des circonstances mystérieuses. Bhutto n’avait également pas été épargnée. En 1990, cible d’accusations de corruption, elle fut limogée, avant de revenir au pouvoir en 1993 pour en être une nouvelle fois chassée en 1996 sur fond de nouvelles accusations de corruption et de mauvaise gestion du pays.
Selon les informations de différents services de renseignement, les talibans ainsi que des groupes djihadistes pakistanais avaient recruté récemment des kamikazes pour mettre fin à ses jours.