Frédéric Lefebvre est-il con ?

Depuis plusieurs mois, la France (et surtout la blogosphère) suis les méfaits et gestes du porte parole de l’UMP qui semble porter ce qu’il n’a pas. Frédéric Lefebvre donc, accumule, et ce de manière exponentielle, les frasques, gaffes, conneries et autres dérapages. Ainsi, la question se pose donc : Frédéric Lefebvre est il un con ou incompétent ?

Sur le papier -et de loin- Frédéric Lefebvre ne semble pas plus incompétent qu’une quelconque Ségolène Royal en matière numérique. Ex-lobbyiste non assumé, animateur du Club Parlementaire, désormais avocat, Lefebvre ne parait pas plus inapte à parler sur des sujets qu’il ne connait qu’un autre. Et pourtant, il a, à de nombreuses reprises, fait part de propos hasardeux, déplacés ou nuls dans ce domaine, notamment avec ce plat rapport qui est le sien « Les TIC comme levier de croissance » qui ressemble d’avantage à une réclame pour une marque d’hormones de croissance qu’à une rapport pour la fin des Assises du Numérique. Outre le style levyesque de l’écriture, les propos tenus sont absolument sans engagement et sans intérêt, à l’image de ce magnifique extrait.

Ce qui fait aussi la force d’Internet, c’est que des individus peuvent créer rapidement beaucoup de valeur, en partant de peu ; il suffit d’avoir un ordinateur à 400 euros et une connexion Internet pour moins de 30 euros par mois

On se rappelle également ses propos approximatifs sur BFM TV à la question « Qu’est ce que le web 2.0 ? » où la seule réponse de celui qu’on imaginait Secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique (finalement donné à NKM) fut un écrasant « Bah, le Web 2.0, c’est tout simplement l’internet d’aujourd’hui ». On a encore également en mémoire ses propos outrageants et insultants du proche de Nicolas Sarkzoy à l’Assemblée Nationale alors qu’il remplaçait André Santini.

L’absence de régulation financière a provoqué des faillites. L’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles violées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite à l’absorption de faux médicaments ? Combien faudra-t-il d’adolescents manipulés ? Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins du monde ? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œuvres ?
Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde.

Il y a plus de dix ans, j’ai passé quelques bouts de nuits à ses côtés dans certaines caves du 18ème arrondissement – peut-être y étiez-vous aussi, monsieur Bloche ? – pour mettre en route des serveurs. Je connais donc parfaitement Internet.

Internet reste l’un des lieux du monde où règne le capitalisme sauvage, le libéralisme sauvage.

Si l’on rajoute à cela ses communiqués plein de fautes d’orthographe qu’il envoie sans même les relire « à que de [son] Blackberry » -le marque appréciera la publicité-, il est évident de conclure que « Oui, Frédéric Lefebvre est incompétent ».

Pourtant autant, peut-on dire que Frédéric Lefebvre est un con ? Légalement, non. Les nouvelles lois de 1881 sur la liberté de la presse m’en empêchent, de même qu’elles m’empêchent de copier intégralement des articles. Mais constatant que Monsieur Lefebvre se fout éperdument des lois dont il fait l’apogée et qu’il ne semble pas connaître ses lois (heureusement qu’il n’est pas avocat) alors j’affirme que oui, Frédéric Lefebvre est un con.