La vérité de France 2 sur la flamme

Envoyé Spécial diffusait hier soit le reportage de l’agence CAPA tourné avec 7 caméras lors du passage de la flamme olypique à Paris. Toutes les critiques et les accusations que j’avais formulé lundi soir en revenant du cortège se sont trouvées confirmées. Les cerbères bleus chinois avaient la main sur le cortège. C’est un premier non-sens. Quand un chef de l’Etat ou un officiel est en déplacement dans un pays c’est toujours l’hôte qui régit la sécurité. De quel droit le vice-président des jeux de Pékin et l’ambassade de Chine en France se permettent-ils non seulement de commenter tous les faits un à un mais en plus de dicter leurs lois. Bien que ce fut largement contesté par Michèle Alliot-Marie lundi soir après l’appel de Jean-Christophe Lagarde, des drapeaux tibétains -interdits en Chine- ont été saisis sans aucune raison apparante à des personnes qui manifestaient paicifiquement sur le bord de la chaussée. On voit même dans les images de CAPA un policier prendre de gros risques avec un camion pour arracher un drapeau. Les ordres ne venant ni de la préfecture de police, ni du ministère et les policiers n’agissant pas sans ordre, on est en droit de conclure que ce sont les organisateurs qui aurait ordonné les confiscations. Le second fait marquant du reportage est le caméran qui est exclut du véhicule de presse par la police sur simple ordre des organisateurs chinois, sans aucune raison, sans aucune justification.

Les chinois imposent leur façon d’agir partout où ils passent -y compris au C.I.O.-, fait inacceptable lors d’un évènement mondial. Le chef de la police japonnaise a d’ailleurs refusé la présence des cerbères bleus lors du passage de la flamme à Nagato.

A voir aussi :


Written by Benjamin Lemaire

Benjamin Lemaire, photographe réalisateur et consultant en communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *