Talpiot : le faux tombeau du Christ

Hier soir le tant attendu « Le tombeau de Jésus » a été diffusé sur… TF1. Malgré ses fausses allures de documentaire tout droit sorti d’Arte, le documentaire de Simcha Jacobovici produit par James Cameron, qui avait signé la meilleur audience de l’année sur Discovery Channel, a finalement fait explosé l’audience sur la première chaîne.

1980 – Banlieue de Jérusalem. Lors d’un banal chanté on découvre une tombe comportant notamment l’inscription « Jésus, fils de Joseph ». A grand coup de démarche scientifique, de tests ADN, d’épigraphie, le journaliste primé plusieurs fois pour ses documentaires du le virus Ebola ou encore le tourisme sexuel en Inde tente de justifier son documentaire en arguant que « Rien n’est venu contredire la théorie ». Certes. Sur fond de « Da Vinci Code », le réalisateur tente de démontrer que non seulement ce tombeau est celui du Christ mais également que c’est celui de Marie/Marie-Madeleine/Mariamne et qu’ils ne sont pas de la même famille et donc amants.

Cependant, le documentaire se base sur des hypothèses erronées. La première chose intrigante est que le tombeau est taillé dans une roche alors que c’est un signe de richesse (et que la famille du Christ n’était aisée). De même si un tombeau familiale avait été creusé il l’aurait été en Galilée. De même sur les sept noms inscrits sur l’ossuaire la plupart ne sont pas directement liables à la famille de Nazareth. L’ossuaire de « Mariamenou » ne correspond pas à Marie-Madeleine de même que celui de Mariah ne correspond pas à la Marie mère de Jésus (appelée Mariam dans les Evangiles. Les apôtres et Marie parlant Araméen, il est impossible donc que son nom soit d’origine Latine). Les ossuaires « Matia » et « Juda fils de Jesus » ne correspondent pas non plus à des membres de la famille. On peut également remarquer que la première partie de l’inscription « Jésus fils de Joseph » est presque indéchiffrable et que les plus malins y voient « Hanun ». Il y a donc un doute quant au nom. Le dernier nom qui pose problème est « Josah » qui est une variante de « Joseph » mais qui est difficilement liable à Joses (frère de Jésus). Finalement il reste Joseph (père de Jesus/Hanun), Josah (peut être) et encore peut-être Jésus. Trois noms au maximum qui collent et qui excluent les autres frères et sœurs du Christ !

A lire également : http://tombeaudetalpiot.blogspot.com/2007/05/7-dix-bonnes-raisons-pour-rejeter.html

TF1 merdoit, Samscha agace.

MC Solaar : Chapitre 7 sur le web…

«  Je bosse dur, pas l’temps d’faire les courses. Mes CD ? J’les ai piraté of course. Sur Blubster, Morpheus, Kazaa, eDonkey, Napster ou Gnutella. Appelle moi hacker, hijacker ou pirateur, downloader, Ali Baba le roi des voleurs. J’prends l’son, et puis la parole de tous les orateurs. Pire que le Peer-to-Peer de l’ex-Napster. » disait le ecélèbre rappeur peace and love, Claude MC Solaar à la fin de son dernier album.

Playboy, ex cowboy qui destroye, Schizophrénique, Cinquième As ou Castor Troy, le dealeur des mots nostalgique néo-romantique aux accents bucoliques revient le 16 juin 2007 dans le bac avec « Chapitre 7 ». Quelques semaines avant la sortie de son dernier album, « Mach 6 » en 2004, le Peer to Peer proposait déjà une version MP3 de l’album accompagné de propos racistes.

Depuis le 5 mai circule une version un peu particulière de « Chapitre 7 ». En effet, après téléchargement, on peut constaté qu’il s’agit tout simplement d’un piège à pirates, les chansons étant uniquement composées d’extraits joués en boucle. Une manière habile de créer un buzz avant la sortie officielle de l’album.

Les pirates le voient, MC Solaar se prélasse.

Clap de fin pour Cannes

Les paillettes retombent, on se démaquille, le festival de Cannes se termine sur un palmarès plutôt sombre.

La Palme d’Or attribuée au roumain Cristian Mungiu pour son deuxième film « Quatre mois, trois semaines et deux nuits » est le reflet de ce festival. Le jeune réalisateur porte à l’écran le portrait d’une femme qui aide sa meilleure amie à avorter dans la Roumanie des années 80’s. Sans grande pompe, sans mise en scène poussée, Mungiu montre crûment à la manière des frères Dardennes une histoire naturelle et… un fœtus mort qui créé la polémique. A noter également la prestation impressionnante de la comédienne principale Anamaria Maranca.

Le choix du jury, présidé par le réalisateur Stephen Frears, nous amène à penser que le cinéma n’est pas seulement une suite de comédies : c’est également un moment qui peut parfois être dur à regarder. Cru aussi.

Le prix d’interprétation féminine revient à l’actrice du film coréen « Secret Sunshine », Jeon Do Yeon, histoire d’une femme qui se fais enlever et tuer son enfant avec la mort de son compagnon… Guère plus drôle, le prix de la mise en scène est attribué à Julian Schabnel pour « Le scaphandre et le papillon » où Matthieu Amalric tiens le rôle de Jean-Dominique Dauby, ex-redacteur en chef atteint brusquement du locked-in syndrome (LIS) qui le paralyse entièrement et le force à vivre sans parler. Fatih Akin, chouchou du public cannois repars lui avec le prix du scénario. « Persepolis » la magnifique adaptation de la bandé dessinée du même nom de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud reçoit le prix du jury de même que « Lumière silencieuse » de Carlos Reygadas.

Tous les gros noms de Tarantino aux frères Cohen repartent bredouilles.

Cannes larmoie, les films passent.

Beurk, les Teletubbies sont gays !

Horreur, malheur, vade retro Santana ! Ewa Sowinska, porte parole de l’Office Gouvernementale de Protection de l’Enfance et membre de la Ligue des Familles Polonaises, a aujourd’hui déclaré au Wprost douter de l’orientation sexuelle de Tinky Winky : « J’appelle les psychologues à regarder de près le dessin animé, afin de trancher s’il peut être diffusé sur la télévision publique ou non ».

Mais la « Fromage de France » polonaise ne s’arrête pas en cours de raisonnement et accuse nominément et expressiément mon ami Tinky Winky : « J’ai tout de suite remarqué que le Teletubbie Tinky Winky avait un sac à main, mais je n’avais pas remarqué qu’il s’agissait d’un garçon. Au début, j’ai pensé que ce sac n’était qu’un accessoire. Ensuite j’ai appris qu’il pouvait y avoir là un message homosexuel caché ».

La question reste : comment sait elle que Tinky Winky est un homme ? Si ça se trouve c’est juste un trans ! En tout cas pour Ewa Sowinka, le problème est réel : « de telles personnes pourraient arriver habillées de manière trop extravagante. Et cela risque de plaire aux élèves. » Et rechercher le sexe des bisounours aussi ça risque de plaire aux élèves. Obsédée va !

Ewa aboit, Tinky Winky trépasse.

Tout, tout, vous saurez tous sur…

A en croire le nombre énorme de spams qui fleurissent actuellement dans ma boite e-mail, je suis arrivé à la conclusion que le marché de la taille sur sexe masculin semble de plus en plus important. Mais qu’en est t’il vraiment de cette morale populaire qui se veut « plus c’est gros, plus c’est bon » que les moins gâtés transforme aisément en « la taille, ça n’a pas d’importance ».

Tout d’abord, définissons ce qu’est une taille normale. Selon l’étude de Alfred Kinsey faite en 1948 la moyenne était entre 15 et 16 cm pour un outil déployé. Selon Richard Edward dans les années 90’s, elle est passé à 16,2 cm ce qui selon lui est explicable par le fait que les hommes ont tout simplement grandit. Cependant, certains pays sont moins bien lotis comme le Niger (13,4), l’Angleterre (13), l’Italie (12,5) ou encore la Grèce (12,2)… Une étude canadienne datée de 1999 menée par Bogaert et Hershberger démontre même que les homosexuels ont un membre plus large que leurs collèges hétérosexuels, sans doute du à une exposition prénatale à certaines hormones.

Concernant la taille les pieds, des oreilles, les mains ou encore de l’ouverture de la pupille, aucune étude actuelle ne laisse à penser qu’un quelconque lien puisse être fait. De même que contrairement à la plupart de ses organes, le pendouilleur ne grandit pas toute la vie.

Est-ce que les dimensions sont importantes ? Telle est la question que je lis sur toutes les lèvres, et pas seulement celles des femmes. Une étude de Stulhoher faite sur les croates en 2006 tente à démontrer qu’un quart des femmes n’accorderaient pas d’importance à la stature phallique malgré les 18% qui s’attachent à la taille et 22% au diamètre qui pensent que c’est très important. L’étude montre également que ce sont les dames les plus expérimentées qui accordent du crédit à la hauteur. Cependant une étude hollandaise de Francken tend à lisser ces résultats. Quant à la différence que la morphologie pourrait faire pendant les rapports, toutes les études s’accordent à démontrer qu’elles n’existent pas…

Liberté, égalité, fraternité on vous dit !

Optez pour un blogsitter

Tout blogueur sait que le traffic est bien difficile à attirer et qu’il peut diminuer rapidement si le blog n’est pas régulièrement mis à jour. Ce partant de ce constat que http://www.blogsitter.net propose de mettre en relation des blogueurs afin de leur permettre de confier leur bébé. L’idée est saugrenue mais amusante ! Car même si finalement le concept est en contradiction même avec l’idée du blog qui a pour principe l’exposition d’idée simple, elle s’inscrit dans le phénomène de plus en plus important de la mondialisation de la blogosphère.

Les chiens aboient, les blogs passent.

Kasparov interdit de manifestation

Attendu hier pour participer à Samara à la manifestation contre le Kremlin, le champion du monde d’échecs s’est vu répondre que son billet n’était pas reconnu par le système informatique, pas plus que celui de ses compagnons, pas plus que ceux de Edouard Limonov (chef du parti national-bolchévique) et de Lev Ponomarev (militant des droits de l’Homme).

« Quand j’ai voulu me faire enregistrer pour le vol, les employés de l’aéroport m’ont indiqué que mon billet n’était pas reconnu par leur système informatique » raconte Garry Kasparov en ajoutant : « Il est évident que les ordres venaient d’en haut ». « Suis-je en colère ? Laissez-moi rire. Regardez autour de vous: voici la constitution de la Russie, voici la loi russe, des individus en civil partout autour de nous, et ils peuvent faire ce qu’ils veulent » a-t-il ironiquement ajouté.

De son côté Dmitri Peskov, le prote parole du gouvernement russe a infirmé les propos de Kasparov et souligné que cette affaire ne devait pas gêner le sommet.

Deux journalistes du Wall Street Journal et du Daily Telegraph de Londres ont également été bloqués à l’aéroport, leurs billets et passeports « n’ayant pas été reconnus » par les ordinateurs.
Kasparov aboient, les russes s’en foutent.

Le gouvernement Fillon

C’est désormais officiel depuis l’annonce ce matin à 9H40 de Claude Guéant dans le cours du Palais de l’Elysée : le gouvernement Fillon comporte 15 ministres dont 7 femmes et deux ministères importants confiés à des politiciens non-UMP.

Comme il l’avait annoncé, Sarkozy a donc mis en place un gouvernement qui respecte la parité et ouvert aux horizons politiques.

1 er ministre : François Fillon, 53 ans, UMP

Affaires étrangères : Bernard Kouchner, 67 ans, PS

Ecologie : Alain Juppé, 61 ans, UMP

Economie : Jean-Louis Borloo, 56 ans, UMP

Immigration : Brice Hortefeux, 49 ans, UMP

Intérieur : Michèle Alliot-Marie, 60 ans, UMP

Education : Xavier Darcos, 49 ans, UMP

Universités : Valérie Pecresse : 46 ans, UMP

Budget : Eric Woerth, 51 ans, UMP

Justice : Rachida Dati, 43 ans, UMP

Agriculture : Christine Lagarde, 51 ans, UMP

Travail : Xavier Bertrand, 42 ans, UMP

Défense : Hervé Morin, 46 ans, UDF

Culture : Christine Albanel, 51 ans, UMP

Logement : Christine Boutin, 63 ans, UMP

Secrétaire d’Etat aux transports : Dominique Bussereau, 55 ans, UMP

Secrétaire d’Etat aux affaires européennes : Jean-Pierre Jouyet, 53 ans, PS

Secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement : Roger Karoutchi, 56 ans, UMP

Secrétaire d’Etat en charge de la prospective : Eric Besson, 49 ans, ex-PS

Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté : Martin Hirsch, 47 ans,

Guéant parle, le gouvernement passe.