Peter Pan a 100 ans…

C’était le 27 décembre 1904. Charles Frohman frétille d’impatience. Depuis des mois il travaille sur un projet auquel il croit. Non seulement il le fait jouer dans le théâtre Duke of Yorke dont il tient les rennes mais il a décidé de le produire. Il a choisit pour l’occasion un jeune manager sur les conseils de son père célèbre écrivain victorien : Dion Boucicault. Celui là même qui imposera Nina, sa soeur pour le rôle titre. Peu de détails ont fuité sur les 8 tableaux de la « féérie en 5 actes » de la dernière mise en scène du désormais célèbre dramatuge James Matthew Barrie. La veille encore une scène a été coupée, les enfants fatigués et faux et au dernier moment une seconde scène est encore annulée.

Vingt heures, le rideau cramoisi du Duke of York laisse apparaître les décors de Harford et Hann : une nursery à Bloomsbury. Le public, surpris, se laisse rapidement conquir par Nana la chien nounou joué par Arthur Lupino, et cet enfant-héro jouée par une femme. Le public edouardien rit et s’émeu. Une heure trente plus tard, le public est debout, Barrie heureux et son pari, et Frohman à l’autre bout du monde comprend qu’il a réussi.

Les jours qui suivent, les éloges pleuvent et le tout Londres se massent pour voir celui qui ne veut pas grandir. La légende de Peter Pan est née.